@Informateur.info- Yaya Fofana, précédemment Vice-président et Porte-parole du Mouvement des Forces d’Avenir (MFA) est, depuis le 18 août, président par intérim de ce parti en lieu et place de l’ex-ministre Siaka Ouattara, évincé pour “manquements graves” liés à sa gestion. Dans cet entretien, il dévoile ses ambitions pour le MFA qui reste, selon lui, membre du RHDP.

Pour le président Yaya Fofona, c’est “la gestion calamiteuse et clanique du parti par M. Siaka Ouattara qui a conduit à son évinction conformément aux textes qui régissent le MFA”, justifie-t-il, rappelant que c’est le congrès extraordinaire du 25 mars 2018 à Bondoukou qui a porté Siaka Ouattara à la tête du parti.

Mais il s’est trouvé “coupable des mêmes manquements graves que nous avions reprochés aux présidents Anaky et Moutayé”, explique M. Fofana. “Ça, les militants du MFA ne pouvaient pas l’accepter”, dénonçant une “gouvernance désastreuse du parti “, poursuit-il.

Selon lui, que le président déchu dit ne pas reconnaître cette “décision unanime”, c’est de bonne guerre. “En son temps, Anaky ne reconnaissait pas l’interim de Moutayé qui ne reconnaissait pas également l’interim de Siaka Ouattara. C’est donc normal qu’il ne reconnait pas notre interim. Mais nous sommes bien là. Car les mêmes causes produisent les mêmes effets”, argumente le président Yaya Fofana.

“Etant un sachant, militant du MFA depuis 25 ans, je peux rassurer les militants que l’épisode Siaka Ouattara marque la fin des crises au MFA. Je connais la maison mieux que quiconque. C’est pourquoi les militantes et militants ont porté leur choix sur ma modeste personne pour assurer l’intérim de la présidence du parti”, ajoute M. Fofana dont la priorité est “la réorganisation et redynamisation du parti et des militants” avant un congrès extraordinaire dans “quelques mois”.

Pour l’heure, son équipe et lui s’attèlent à “porter l’information à nos alliés, les partis frères du RHDP, car le MFA est membre fondateur du RHDP et notre place s’y trouve et nulle part ailleurs”, souligne-t-il. “Il ne me revient pas en tant que président par intérim de décider autre chose”, précise le successeur de Siaka Ouattara.

“Aujourd’hui, les militants du parti ressentent le départ de Siaka Ouattara comme un soulagement. Je peux vous rassurer de leur satisfaction totale. Vous savez, toutes les personnes qui ont connu une promotion dans le ministère qu’il dirigeait sont de son village et non des militants du MFA”, revèle Yaya Fofana qui entend “revitaliser les instances du parti, remobiliser nos bases pour donner une assise nationale au MFA”. Surtout que dans une déclaration rendue publique, jeudi, les délegués MFA de la Diaspora prennent fait et cause pour le président intérimaire.

Quels rapports entretient-il avec ses prédécesseurs? “Anaky Kobena demeure mon formateur politique. Nous avons de bons rapports. Je n’ai pas de problème ni avec lui ni avec Moutaye et Siaka Ouattara. Mais il faut qu’ils comprennent que le MFA est un parti démocratique et que c’est aux militants de choisir leur président”, répond Yaya Fofana. “D’ailleurs, je demande aux militants de garder leur sérénité. C’est parce qu’ils me connaissent qu’ils m’ont demandé d’assumer cette fonction d’intérimaire. Je ne vais pas les décevoir”, conclut le président Yaya Fofana.

Charlène ADJOVI