Exif_JPEG_420

Informateur.info- Incroyable. Mais pourtant vrai. Un mystérieux hibou s’est retrouvé dans la chambre d’un corps habillé à Yamoussoukro. Le Sergent Kouié Albert de la Garde Républicaine, puisque c’est de lui qu’il s’agit, raconte son histoire. «J’étais à Abidjan le 3 avril dernier pour récupérer mon bulletin de solde en vue d’un prêt au niveau du fonds de prévoyance militaire. En vain nous n’avions pas pu l’avoir. Faisant nuit j’ai été logé par un ami au plateau. Dans la nuit du 3 au 4 avril, une fois dans le sommeil, autour de minuit, j’ai pris un coup de froid et grelotais dans le lit. J’allume mon portable, au chevet du lit où est attachée une corde, j’aperçois un hibou qui me fixait. Tentant de le maîtriser, il sort rapidement par une fenêtre. Dans ma concentration, je me mis à prier jusqu’à ce que le sommeil me prenne», explique t-il. Et de poursuivre : «La même scène se reproduit, cette fois à 2h47 min du matin. Le hibou est revenu et assis sur le chevet du lit. Je me lève et bloque la fenêtre et une lutte s’engagea. Mais je finis par le saisir. Le matin, je le présente à mon tuteur et lui explique la scène vécue la nuit. Celui-ci me dit de continuer de prier, car ce n’est pas un bon signe pour moi. Je prends soin de l’attacher dans un sachet et je me rends encore à la direction du solde à la recherche de mon bulletin de solde. Une fois sur les lieux, je présente le hibou à ma hiérarchie et j’explique les faits. Mais cette fois sera la bonne, je retrouve mon bulletin qui était introuvable la veille».

Mais l’histoire du hibou ne s’arrêtera pas là pour autant. Car, le sergent Kouié Albert a décidé de ramener l’oiseau à Yamoussoukro où il réside. Seulement chemin faisant, l’oiseau meurt étouffé dans le sachet. Il l’amène quand même jusqu’à destination et le présente à sa famille et à ses amis. Ceux-ci lui conseillent de le brûler. Ce qu’il fit sans hésiter. Plusieurs semaines après, exactement dans la nuit du 28 au 29 mai dernier, un autre hibou vient se percher sur la branche d’un arbre dont l’ombre sert de repos dans la cour du corps habillé. A son réveil, il aperçoit l’oiseau sur l’arbre et se sert d’un lance-pierre pour le capturer. Cette fois-ci, l’évènement va susciter la curiosité de toute la population du quartier populaire de Dioulabougou. Amis, voisins, et connaissance, tous accourent pour voir et constater ces faits étranges. Des photographes et hommes des médias défilent pour en savoir davantage. Cependant, tous ceux qui arrivaient lui disaient encore que ce n’est pas un bon signe. Mais comme il a réussi à capturer l’oiseau, il faut qu’il le tue. Le sergent Kouié Albert s’exécute devant les yeux des badauds accourus. Selon des témoignages le sergent Kouié serait la cible de sorciers qui lui en veulent. Ce que confirme l’intéressé lui-même qui estime avoir subi beaucoup de choses étranges dont la maladie qu’il a faite, il y a quelques mois. Bouddhiste de confession, il croit que s’il vie est en vie, c’est grâce à sa foi et aux prières.

Armand Koffi

Correspondant régional