Le président de la République, Alassane Ouattara a mis en mission les Rois et chefs traditionnels de Côte d’Ivoire. C’était à la faveur du dernier conseil des ministres pour l’année 2017 qui s’est tenu le 20 décembre dernier à Yamoussoukro. Ci-dessous les propos de sa majesté Nanan Amon Tanoé, président de la Chambre des Rois et Chefs traditionnels de Côte d’Ivoire.

«Nous pouvons vous dire que cette rencontre a porté sur deux points. Le président de la République s’est ouvert à nous et il a dit combien il a été peiné par cette année 2017 quand il avait espéré qu’à partir de 2016 la Côte d’Ivoire allait continuer de rayonner dans le monde en faisant montre de stabilité et de progrès constants. Malheureusement 2017 a été une année difficile mais il garde l’espoir qu’à partir de l’année prochaine, la Côte d’Ivoire reprendra son essor et que les choses iront nettement mieux et continueront à aller toujours mieux. Il y a eu une question spécifique. La question de nos enfants ex-démobilisés. Il a dit et nous sommes d’accord avec lui, que les jeunes comprennent qu’il est toujours mieux pour eux d’apprendre un métier, que le gouvernement les aide à réaliser des projets plutôt que de réclamer de l’argent, surtout avec violence. Et que la Côte d’Ivoire ne peut pas accepter cela. Il faut qu’ils changent de mentalité et qu’ils s’inscrivent dans le dialogue parce que beaucoup de choses sont possibles avec le dialogue non avec la violence.
Il y a eu aussi la question spécifique de notre loi organique que nous attendions de tous nos vœux. Il a dit vous aurez votre loi organique mais il a donné l’exemple de la Grande Bretagne qui n’est pas une République comme la nôtre et qui fonctionne sans Constitution. Donc c’est une invitation qui nous est faite car bien que nous n’ayons pas encore notre loi organique, nous continuons ce que nous avons toujours fait, à savoir œuvrer à la cohésion sociale, à la paix pour faciliter le développement et le progrès en Côte d’Ivoire. Nous avons estimé qu’il avait tout à fait raison. Car cette loi, de toutes les façons, est presque une première en Afrique. Il était important qu’il y ait consensus autour de cette loi ce à quoi nous avons donné notre consentement et notre accord.
Explication de la loi organique
Vous savez la Constitution qui élève la Chambre des Rois et Chefs traditionnels au rang d’Institution dit que pour son organisation comme pour ses règles de fonctionnement, une loi organique viendra tout mettre en place. Ce qui signifie pour nous que s’il n’y a pas cette loi organique nous risquons de trébucher ici et là et de rencontrer des incompréhensions. Mais nous avons compris qu’il faut que nous continuions de travailler et que la loi organique interviendra bientôt.
Ça c’est ce que dit la Constitution dans tous les cas. Pour nous, ce sont les grandes bornes, la Constitution les a définies, nous devons nous retrouver au-dessus de la mêlée pour pouvoir remplir dignement et véritablement notre rôle.
Tournée annoncée
C’est une erreur. C’est une mauvaise information qui vous a été communiquée on ne sait par qui. Nous n’avons jamais parlé de cela. Nous sommes au quotidien sur le terrain. Nous n’avons pas besoin d’aller faire des démonstrations de on ne sait quoi. Vraiment ce n’est pas la Chambre qui est concernée par cette affaire.
Questions des joutes électorales
Si nous en parlons, pas peut-être celles que vous entrevoyez maintenant mais de manière constante, nous disons, nous, le rôle qui nous est assigné et que nous entendons remplir pleinement c’est vraiment de nous mettre au-dessus de la mêlée pour qu’en cas de crise, ce que nous ne souhaitons pas, nous soyons en mesure d’intervenir pour apaiser la situation.

Propos recueillis par Armand Koffi