PUBLICITE


La Confédération des organisations des victimes de crises ivoiriennes (COVICI) et les plateformes des associations de victimes de l’intérieur du pays, ont présenté ce mardi 14 novembre 2017, leurs recommandations à l’Etat ivoirien pour une conduite optimale du processus d’indemnisation des victimes des guerres qu’a connues  la Côte d’Ivoire.

Après la phase pilote du processus d’indemnisation des victimes des crises qui ont frappé la Côte d’Ivoire, par le président ivoirien Alassane Ouattara le 4 août 2015, la ministre de la femme et de la protection de l’enfant et de la solidarité Koné Mariatou, a procédé au lancement officiel de la grande phase d’indemnisation des victimes, le 30 octobre dernier. Avant la phase pratique, de ce tournant décisif du processus d’indemnisation des victimes, la COVICI et des plateformes des victimes de l’intérieur du pays, ont présenté des recommandations «indispensables», à l’indemnisation efficiente et inclusive des victimes, ce mardi au cours d’une conférence, qui s’est tenue dans la salle de cérémonie, du Centre Pilote de la commune de Port Bouët.

Selon le président de la COVICI, M. Ano  Christ,  le président  Alassane Ouattara devrait, «s’impliquer davantage dans le  maintien de la dynamique actuelle dans le suivi de la mise en œuvre du processus de réparation des victimes afin d’aboutir à une réconciliation nationale véritable». Il devrait en effet, «créer urgemment un ministère qui, en synergie avec les victimes et les associations de victimes des crises survenues en Côte d’Ivoire, vu l’importance de cette thématique pour la réconciliation, la paix et le développement, devrait réfléchir sur la problématique de l’indemnisation», a déclaré Ano Christ.

Concernant la collaboration des organisations des victimes de guerre et le ministère de la femme, de la protection de l’enfant et de la solidarité, pour un travail étroit et efficace, pour aider les victimes des crises, la COVICI, veut également que la ministre  de la solidarité Koné Mariatou, «ouvre urgemment une séance de travail avec les organisations de victimes afin d’élaborer un plan d’action commun pour une mise en œuvre réussie de la grande phase d’indemnisation», a indiqué  Ano  Christ, au cours de la  conférence, accompagné de son vice président Kanté Lassina. Les dirigeants de la COVICI, veulent d’ailleurs que Mme la ministre Mariatou Koné, rende publique la liste des 316.954 victimes, dont les dossiers ont été validés par la Commission Nationale  pour la Réconciliation et l’Indemnisation des Victimes  (CONARIV) et procéder à leur indemnisation, afin d’éviter les fraudes et permettre la transparence au niveau des personnes, qui percevront les indemnisations.

Notons que ces recommandations sont parties de plusieurs constats, entravant le bon fonctionnement du processus d’indemnisation. Les dirigeants de la COVICI ont d’autre part indiqué que, «seul le respect scrupuleux de ces propositions pourra permettre l’indemnisation de toutes les victimes des crises, qu’a connues la Côte d’Ivoire, de 2002 à 2011», a martelé  Ano Christ, le président de la COVICI.

Soulignons par ailleurs que cette conférence s’est tenue en présence de plusieurs chefs religieux, coutumiers et traditionnels, ainsi que des victimes des crises, qui se disent «être fatiguées» et en ont «marre» de la situation qu’elles vivent, depuis les troubles qu’a connus  le pays, jusqu’à aujourd’hui.

Georges Kouamé

 

 

 

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment