Exif_JPEG_420

@Informateur.info- Une délégation d’anciens combattants français étaient à Toumodi, le mercredi 12 décembre 2018, accompagnées de leurs camarades ivoiriens. L’objectif de cette présence en terre ivoirienne, rendre hommage à d’anciens combattants français des deux guerres mondiales qui ne sont plus de ce monde. A ces derniers s’ajoutent les administrateurs coloniaux dont certains ont été inhumés au cimetière municipal de Toumodi.

 

La délégation a été reçue par la Reine mère, par ailleurs sénatrice, Adjoua N’Go Louise épouse Tamini et les têtes couronnées venues de tous les villages du département de Toumodi ainsi que le corps préfectoral. Selon le président de l’association fraternelle des anciens combattants de Côte d’Ivoire,  Yassongo Koné, tous les 3 ans un pays adhérent à l’union internationale des anciens combattants accueille un drapeau dont il en devient le gardien. Depuis le mardi 11 décembre 2018, la Côte d’Ivoire accueille ce drapeau et en devient le gardien pour les 3 années à venir. Après, ce sera le tour du Mali. A en croire M. Yassongo Koné, la Côte d’Ivoire a envoyé 4.882 combattants aux deux guerres mondiales. Les 2/3  de cet éffectif étaient Akan. Toumodi et Tiassalé de par leur position géographique ont beaucoup donné. Toumodi, étant une ville carrefour, elle a accueilli les colons en témoigne. L’un des plus vieux postes militaires de l’époque, Toumodi abrite un camp du 43èmeBima à Lomo Nord.

 

En plus, dans  le cimetière municipal de Toumodi (Blâfouè Aciéliè) reposent 33 anciens combattants dont 28 européens et 5 mutilés de guerre. Concernant l’Afrique, Yassongo Koné a précisé qu’au total 18.786 personnes avaient été recrutées dont 3.447 tuées et 763 portées disparues.

 

Armand Koffi

Correspondant Régional