@Informateur.info- Les élèves retrouvent le chemin des classes le 1er octobre prochain au Burkina Faso. A quelques jours de la nouvelle année scolaire, le gouvernement dévoile les dispositions prises relativement au contexte sécuritaire difficile.

Jeudi 19 septembre 2019, à l’occasion du traditionnel point de presse de rentrée scolaire, son porte-parole, Rémis Dandjinou, livrait le sombre tableau des attaques à relent djihadiste qui ont touché fortement le secteur éducatif. ”Au total, ce sont 2344 établissements scolaires qui ont été fermés temporairement pour raison d’insécurité parmi lesquels certains ont pu rouvrir avant la fin de l’année”, faisait savoir le ministre Dandjinou, ajoutant que la reprise des activités pédagogiques se fera au cas par cas dans les localités où les portes des classes n’ont pu être rouvertes.

”Cela se fera au fur et à mesure de la sécurisation des localités concernées et en concertation avec les forces de l’ordre et les autorités administratives locales”, précisait-il. Les mêmes frappes, à l’en croire, ont favorisé la mise à disposition des Personnes déplacées internes (Pdi) de 92 infrastructures scolaires. ”Ces écoles qui servent de logement de fortune enregistrent des dégradations diverses. Des travaux de réhabilitation vont être effectués”, devait rassurer Remis Dandjinou.

Quant aux 9515 élèves déplacés internes, le gouvernement, selon son porte-parole, a pris des dispositions pour leur réinscription dans leurs classes respectives et pour leur fournir des kits pédagogiques nécessaires. ”Au besoin, nous allons augmenter les capacités d’accueil des écoles hôtes”, énonçait encore, M. Dandjinou.

Notons que depuis janvier 2016, le pays des hommes intègres fait face à une multiplicité d’attaques de groupes salafistes. Et le systèmes éducatif du pays est l’un des secteurs à payer un lourd tribut des frappes terroristes.

Alfred SIRIMA

Correspondant Informateur.info

Articles connexes

Leave a comment