@Informateur.info- Distingué au titre honorifique de Maréchal le 23 juin dernier par l’Assemblée nationale de son pays, le chef de l’Etat tchadien, Idriss Déby Itno recevra ses attributs, ce mardi, jour des 60 ans de l’indépendance du Tchad, au cours d’une cérémonie spéciale au Parlement, dans un contexte marqué par une polémique autour de cette distinction.

Pour l’opposition tchadienne, organiser une telle cérémonie, qui promeut le culte de la personnalité, le jour de la célébration des 60 ans de l’indépendance du pays, est “inacceptable”.

“C’est un crime national que de faire coïncider cet événement avec l’anniversaire de notre indépendance. Le mode de fonctionnement que nous connaissons va faire en sorte que chaque année, on va plutôt privilégier le maréchalat et donc on va reléguer le 11 août 1960 aux calendes grecques. C’est irresponsable et personne ne peut l’accepter”, a confié à RFI, Saleh Kebzabo, président de l’Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR, opposition).

A(re)lire Tchad: On l’appellera désormais Maréchal Idriss Déby Itno

Là où le porte-parole du Mouvement patriotique du salut (MPS, parti au pouvoir), Me Jean Bernard Padaré, approuve que le président soit honoré le jour de la fête de l’indépendance.

“Les députés, élus du peuple, jettent un regard rétrospectif sur ce qui a été accompli en 60 ans et ils ont identifié un des enfants du pays qui a consacré le plus clair de son temps à défendre l’intégrité du Tchad, la sécurité de nos concitoyens, donc ils ont décidé de l’élever à la dignité de maréchal le jour des 60 ans de notre pays. C’est symbolique, pour lui dire : “nous sommes fiers de votre engagement pour assurer l’intégrité de notre territoire et la défense de nos concitoyens”, justifie Me Padaré, toujours au micro du confrère.

François Tombalbaye, 1er Président du Tchad

Comme la plupart des pays qui commémorent la date de leur ascension à l’indépendance, en cette année de crise sanitaire liée à la maladie à coronavirus (Covid-19), les autorités tchadiennes ont décidé de célébrer, à minima, l’An 60 de leur pays, par une symbolique prise d’arme en lieu et place du traditionnel défilé militaire.

C’était le 11 août 1960 à Fort-Lamy que le Premier ministre, d’alors, François Tombalbaye, proclama l’indépendance du pays en ces termes: ” Tchadiens, nous voici au seuil de l’indépendance. Dans quelques minutes, notre peuple aura gagné le droit de disposer de lui- même, le droit de choisir lui-même sa propre voie, droit de figurer parmi le concert des nations, égal en dignité aux plus grandes. Nous sommes fiers et joyeux en cet instant unique. Nous sommes aussi résolus et décidés. Un peuple majeur se fait respecter mais il n’oublie pas ses devoirs: devoir civique du travail et de la discipline, devoir d’honneur et de respect des alliances et des amitiés. Une nouvelle journée va commencer. La République du Tchad souveraine n’oubliera pas qu’elle est grande et qu’elle est belle. Tchadiens, crions notre joie: il est minuit. Je proclame solennellement que le Tchad est indépendant et souverain”.

François Tombalbaye, premier président du Tchad, sera assassiné en 1975 et remplacé par le général Félix Malloum.

Geneviève MADINA