@Informateur.info- La Vice-présidente de la Tanzanie, Samia Suluhu Hassan a pris, vendredi, les rênes de l’Etat pour succéder au président John Magufuli dont l’annonce du décès, mercredi, des suites de complications cardiaques (officiellement), a mis fin à près d’un mois de rumeurs sur son absence prolongée et inexpliquée.

“C’est avec grand regret que je vous informe qu’aujourd’hui, le 17 mars 2021 à 18h00, nous avons perdu notre courageux leader, le président de la Tanzanie, John Pombe Magufuli”, avait déclaré, mercredi soir, celle qui préside, depuis ce vendredi aux destinées du pays, alors Vice-présidente.

Samia Suluhu Hassan (61 ans) musulmane et originaire de l’archipel semi-autonome de Zanzibar, devient, ainsi la première cheffe d’Etat de ce pays d’Afrique de l’Est réputé pour ses vastes régions sauvages.

Selon la Constitution de son pays, elle occupera le Palais d’État ou Ikulu, la présidence tanzanienne “pour la période restant du mandat de cinq ans”, soit jusqu’en 2025, devenant, ainsi, le sixième président de la Tanzanie depuis 1964. Elle a prêté serment, vendredi, devant le juge en chef Ibrahim Juma au palais d’Etat à Dar es Salaam, la capitale.

Connue pour encourager les femmes à poursuivre leurs rêves, Samia Hassan, mère de quatre enfants était déjà la première vice-présidente de l’histoire de la Tanzanie depuis l’arrivée au pouvoir en 2015 de John Magufuli dont elle était la colistière.

“J’ai peut-être l’air polie et je ne crie pas quand je parle, mais la chose la plus importante c’est que tout le monde comprenne ce que je dis et que les choses soient faites comme je le dis”, répétait-elle à souhait.

Née de parents modestes (père instituteur et mère au foyer) la nouvelle présidente de la Tanzanie est diplômée d’un master en “développement économique communautaire” de l’Université libre de Tanzanie, à Dar es Salaam et de l’Université du Sud du New Hampshire, aux Etats-Unis. Elle a été plusieurs fois ministre: à Zanzibar (Femmes et Jeunesse, puis Tourisme et Commerce) entre 2000 et 2010, et au niveau national à partir de 2014 comme ministre des Affaires de l’Union, auprès de l’ancien président Jakaya Kikwete.

Alfred SIRIMA