@Informateur.info- 24 heures après les manifestations qui se sont déroulées à Adiapoto dans la commune de Songon, les traces des dégâts demeurent encore bien visibles. En effet, ce vendredi, les épaves calcinées de deux véhicules de type Massa, communément appelés Gbaka sont encore dressées sur le bas côté de la route à la hauteur de la gare. A côté, jonchent des amas d’ordures notamment de pneus incendiés. Toute chose qui témoigne de la violence qui a prévalu dans la cité au cours de la manifestation de protestation contre le 3e mandat de Alassane Ouattara.

Ce qui a mis le feu aux poudres et qui s’est soldé hier par l’incendie des 2 Gbaka tient à la réaction d’un groupe de syndicalistes qui a tenté d’obliger les manifestants à lever les barrages dressés.

Les manifestants qui étaient supérieurs en nombre et gonflés à bloc ont alors incendié 2 gbaka et saccagé bien d’autres véhicules.

Ce vendredi midi, des jeunes issus des 5 villages d’Adiapoto s’en sont pris à quelques véhicules de transport en commun exigeant d’eux la réduction du coût du transport à 300 FCFA au lieu de 500 FCFA entre Adiapoto et Abidjan. Creant un branle-bas au niveau de la gare où le commerce a aussitôt fermé. 

Dalima DAHOUE