@Informateur.info- La mort de Ange Didier Houon alias DJ Arafat le lundi  12 Août 2019 a suscité de nombreuses réactions. Nathalie Yamb, conseillère exécutive du professeur Mamadou Koulibaly, fondateur de Liberté et démocratie pour la République (LIDER), n’est pas restée insensible au décès de l’un des portes flambeaux de la musique ivoirienne. Dans une publication ce mardi 13 août 2019, sur la page Facebook de Lider, elle dénonce l’attitude méprisante des Ivoiriens. Ci-dessous sa communication.   

Il y a quelques heures, ils l’encourageaient à faire des acrobaties sans casque et à grande vitesse sur sa moto, parce que c’est ce qu’on attend d’une star comme lui. Aujourd’hui, ils cherchent un bouc émissaire à accuser pour soulager leur peine.

Il y a quelques semaines, ils l’ont blacklisté de leurs playlists, de leurs antennes, et de leurs budgets de sponsoring. Aujourd’hui, ils font des émissions spéciales et enchaînent la publication d’hommages.

Il y a un mois, ils l’insultaient comme du poisson pourri parce qu’il avait critiqué le capitaine des Éléphants lors de la Can. Aujourd’hui, ce sont eux qui font le plus de bruit pour pleurer sa mort sur la toile.

Depuis quelques mois, ils refusaient de répondre à ses WhatsApp et ses textos. Aujourd’hui, ce sont eux qui, du haut de leur statut verified, font des tweets remplis d’émotion en apprenant le décès de leur copain.

Il y a des années de cela, elle maudissait son fils sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, la douleur déforme son visage alors qu’elle se rend auprès du corps de l’ange qu’elle a mis au monde il y a 33 ans.

La culture du clash va souvent de pair avec l’amoncellement des regrets. On peut avoir des différends, des disputes, des désaccords. Mais avant de se barricader dans l’indifférence, la haine, la colère, la jalousie, le ressentiment, il est important de se poser la question: ai-je vraiment la force pour entretenir ces sentiments négatifs?

Tu es fâché contre ton parent, ton conjoint, ton enfant, ton collègue, ton ami, ton voisin: tu lui lances des mots qui cisaillent sans jamais pouvoir être repris. Et puis, quelques heures plus tard, tu apprends que ces échanges blessants seront, pour l’éternité, les derniers que vous avez eus.

La nature humaine est ce qu’elle est. C’était un homme, tout simplement, avec ses qualités, ses failles, ses hauts et ses bas, ses bons et ses mauvais côtés. Qu’on l’ait aimé ou pas, qu’on ait apprécié sa musique ou pas, qu’on ait piffé ses attitudes ou pas, force est de reconnaître qu’il a marqué les esprits. Rien de ce qui est réel n’est parfait.

Apprenons à nous dire de belles choses pendant que nous sommes en vie et à éviter l’amertume des lendemains qui ne viennent plus. Yako à tous ceux qui le pleurent.

Articles connexes

Leave a comment