@Informateur.info- Le principal enquêteur dans l’affaire du viol qui oppose l’opposant sénégalais Ousmane Sonko à la présumée victime, la masseuse Adji Sarr, le Capitaine de gendarmerie Oumar Touré qui a démissionné de son poste, a, littéralement, explosé dans les colonnes du quotidien sénégalais Tribune dans sa parution de ce mercredi 10 mars 2021. Extraits.

“Au cours de l’audition d’Adji Sarr, elle m’a dit : tonton, est-ce que je n’aurai pas de problèmes dans cette affaire ? Je ne veux pas que ma patronne qui est à l’hôpital Fan soit au courant. Je lui demande sa pièce d’identité, elle me dit que celle-ci est fausse, car elle y a 20 ans, alors que son âge réel est de 17 ans”, relate l’officier de gendarmerie dans des propos relayés par Tribune, poursuivant que “les prélèvements effectués sur Adji Sarr ne sont pas crédibles”.

Le Capitaine Oumar Touré, démissionnaire, pointe le doigt accusateur vers le procureur de la République qui selon lui, a “mis la pression à tel point qu’on ne pouvait pas terminer les (PV). Il y a des choses qu’on a omises. Dans cette affaire, la Gendarmerie est restée debout”, se convainc le gendarme qui n’est pas à l’abri d’une arrestation pour des faits de “désertion” de poste.

“Quand l’État ne respecte pas les obligations envers moi, je pense que je ne suis pas tenu de respecter les miens. C’est dans cette affaire que des gens me suivent et me contrôlent”, dénonce Oumar Touré, revendiquant d’avoir signé ou corrigé “plus de 1500 PV” durant “les 2 ans” qu’il est resté à la Section de recherches de la gendarmerie sénégalaise. Cependant, il regrette que “c’est dans cette affaire, la plus simple que ma crédibilité a été remise en cause”, s’offusque le Capitaine Touré.

Alfred SIRIMA