Salogo Mamadou devant le maussolé de feu Hassan II

Informateur.info– «Les présidents burkinabè et ivoirien doivent poursuivre ce qu’ils ont commencé. Ce 5é sommet du Traité d’amitié et de coopération me donne l’occasion, même en étant hors de la Côte d’Ivoire, de féliciter ces deux hommes d’Etats et leur dire que ce qu’ils font rassure leurs peuples». C’est l’essentiel du message que le président du Conseil national des Burkinabè en Côte d’Ivoire, Salogo Mamadou, a confié à Informateur.info. Ce, depuis le Maroc où il se trouve depuis quelques semaines pour des soins. M. Salogo qui tient à l’excellence des rapports entre les deux pays aurait bien voulu être à Yamoussoukro demain jeudi 27 juillet aux côtés de sa communauté pour réserver un accueil chaleureux au président burkinabè. Mais hélas ! Toutefois, le bureau du Conseil national sera à ce grand rendez-vous. Mieux, c’est au vice-président de cette structure El Hadj Kindo Issaka, que reviendra l’honneur de dire le discours de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire.

Notons que la communauté burkinabè depuis Bouaké et Abidjan, notamment, est entrain de convergée vers la capitale politique de la Côte d’Ivoire où elle devrait communier avec le président burkinabè, dans la soirée du jeudi 27 juillet à la Fondation Félix Houphouët Boigny.

Hugues Amari