Accolade entre le Cheick et Salogo Mamadou

Informateur.info-Le domicile du président du Conseil national des Burkinabè en Côte d’Ivoire (CNBCI) situé à Koumassi dans les environs de la pharmacie Fanny a refusé du monde, ce dimanche 04 septembre 2016. Sous une demi-dizaine de bâches dressées devant l’esplanade la mosquée Cheick Aboul Aziz Sarba, du nom du guide spirituel de la communauté burkinabé en Côte d’Ivoire, de nombreuses délégations des sections du CNBCI venues de Yamoussoukro, de Bouaflé, de Gonaté, d’Aboisso, de Yakassé Attoubro etc, sont venues exprimer leur soutien au président Salogo Mamadou. Et pour cause, après un séjour médical au Maroc qui a duré deux (2) mois, Salogo Mamadou, président du Conseil des Burkinabè de Côte d’Ivoire est de retour depuis une semaine.

SalogoEn recevant donc, ses compatriotes au nombre desquels l’on notait de nombreux chefs et leaders de la communauté burkinabé, le président Salogo les a remerciés pour leurs prières mais aussi pour l’accueil qu’ils lui ont réservé. « Aujourd’hui est un jour de reconnaissance pour moi. Des chrétiens ont demandé des messes pour moi. Les musulmans ont prié pour moi. C’est donc grâce à vos prières que je suis de retour parmi vous. Je suis donc reconnaissant des bonnes intentions des uns et des autres », a martelé Salogo. Qui n’a pas manqué d’exhorter la communauté burkinabé à cultiver les meilleurs rapports avec leurs hôtes et à soutenir les efforts du président Alassane Ouattara à rendre possible l’émergence. «Je vous demande d’être aux côtés des Ivoiriens pour que l’émergence devienne une réalité, parce que si la Côte d’Ivoire est émergente, cela va nous profiter aussi  à nous les Burkinabè, n’en doutez pas, chers parents ! Pour finir, je vous prie de respecter les lois ivoiriennes et d’être en de bons termes avec les Ivoiriens. C’est la condition première de notre parfaite intégration, ne l’oubliez pas ! », a plaidé l’amphitryon très ému. Avant l’intervention du président Salogo, c’est au délégué consulaire de Koumassi qu’est revenu l’honneur de dire le mot de bienvenu. Dans son mot introductif M. Barry  a remercié tous ceux qui ont eu une pensée pieuse pour Salogo depuis le Maroc où il s’était rendu pour des soins. Même discours du côté des femmes. Intervenant en dernier ressort, le Cheick Abdoul Aziz Sarba, guide spirituel de la communauté burkinabè, a fait des bénédictions et des prières dans le sens de la consolidation de la santé du président Salogo mais aussi à l’endroit de tous ceux qui souffrent. « Qu’Allah, Le Tout-puissant, te garde encore très longtemps parmi nous ! », a-t-il conclu.

Jean François Fall

Informateur.info