@Informateur.info- Initiateur d’un Prix d’excellence devenu une référence dans la province du Kouritenga et qui porte son nom, Sadate Bikienga a bien voulu se prêter aux questions de Informateur.info. Dans cet entretien, il donne les raisons de l’institution de ce Prix et ses objectifs à long termes.

L’apothéose de la 4 é édition du Prix d’excellence Sadate Bikienga qui porte votre nom a été marquée, le samedi 14 septembre 2019, par une mobilisation sans précédent à Pouytenga. Quel sentiment vous anime après cet évènement?

Je vous remercie pour l’occasion qui nous est offerte de revenir sur cet évènement annuel qui a réuni les fils et les filles du Kouritenga. Aujourd’hui, nous sommes plus que satisfaits après quatre années d’affilée d’organisation de ce Prix d’excellence qui récompense les meilleurs élèves de la province et particulièrement les filles. L’engouement de la population cette année est la preuve qu’elle épouse notre démarche visant à promouvoir l’excellence et la scolarisation de la jeune fille. Nous ne pouvons qu’être heureux au regard des acquis engrangés cette 4e édition.

On a vu des chefs traditionnels aux côtés des autorités administratives mais aussi la présence remarquée du ministre des infrastructures, Eric Bougouma, qui a été le parrain de cette 4 é édition. Etiez-vous assuré d’avance de ce succès?

Effectivement les Chefs Coutumiers et les autorités religieuses ont répondu présents avec à leur tête le Naaba Yemdé, le Kourit Yirsoaba qui nous a beaucoup soutenu et qui nous a prodigué des conseils et des bénédictions dans notre volonté de participer au développement local. Quant au ministre des infrastructures, Eric Bougouma, nous avons toujours cru en cet homme d’Etat au vue des réalisations qu’il a faites à la tête de son département ministériel et de son engagement dans les différentes actions de développement au Burkina Faso. C’est l’exemple de ce grand commis de l’Etat que nous avons voulu prendre comme repère pour nos jeunes scolaires. C’est pour cette raison que nous avons sollicité le parrainage du ministre Bougouma. Et nonobstant son agenda très chargé, il a tenu à nous gratifier de sa présence toute la journée du samedi 14 Septembre 2019. Avec la caution de telles personnalités administratives, coutumières, et religieuses ainsi que celle de la population, nous étions assure du succès de l’évènement. Et nous pensons humblement que l’adhésion des autorités à notre initiative est un motif d’encouragement.

Tout ce beau monde s’était donné rendez-vous à Pouytenga, sous votre initiative, pour célébrer l’éducation nationale au travers la remise des Prix aux 26 meilleurs élèves du Kouritenga. Pouvez-vous nous rappeler les lots dont ils ont bénéficiés?

Cette année, nous avons pu offrir une vingtaine de lots repartis comme tel: 04 motos, 17 vélos, 17 kits scolaires, 03 ordinaires. En plus nous avons pu offrir au Centre Médical de Pouytenga des lits et des matelas d’une valeur de 1.500.000 avec l’aide de la société FASO CONTRACTOR que nous saluons ainsi que tous les autres partenaires.

Comment avez-vous pu mobiliser ces lots?

Nous avons commencé à nous investir dans le social sur fonds propres, depuis 2014. Nous avons ainsi pu réaliser des travaux de rénovations de la bibliothèque et bien d’autres actions sociales. C’est à partir de 2015 que nous avons initié le Prix Excellence Scolaire Féminine et Scientifique Sadate Bikienga en prenant en charge tous les frais. Au fil des éditions des amis ont trouvé l’initiative louable et ont décidé de nous apporter leurs soutiens. C’est ainsi que cette année, en plus de ce que nous avons apporté personnellement, nous avons été encore soutenus par des bonnes volontés. C’est le lieu pour nous de leur traduire une fois de plus nos remerciements les plus sincères pour leur engagement à nos côtés.

Pourquoi avoir créé ce Prix d’Excellence?

Nous avons voulu à travers ce Prix d’excellence apporter notre pierre à l’édification d’une société forte, capable de compétir dans le concert des nations. A travers ce Prix, c’est la volonté manifeste de promouvoir la scolarisation en général et celle de la jeune fille en particulier. Pour nous le développement passe naturellement par l’éducation et aucune action de développement n’est possible sans l’implication de la femme qui est la base de la cellule familiale et de notre société. Nous devons faire en sorte que la Femme soit émancipée et participe activement à toutes nos actions de développement. C’est la raison pour laquelle nous la magnifions à travers ce Prix. Aujourd’hui l’Afrique est le berceau des ressources naturelles mais nous importons pratiquement tout et la seule option de valoriser nos ressources, c’est de disposer d’une jeunesse bien formée et entreprenante ; capable de transformer sur place nos richesses. D’où la prise en compte des matières scientifiques dans la récompense des élèves. C’est dire que notre action s’inscrit dans la dynamique de la promotion de l’éducation pour tous.

Ce Prix a-t-il vocation à devenir national avec le temps?

C’est notre principal objectif. Aujourd’hui le Prix à une envergure provinciale car nous avons pu toucher tout le Kouritenga. Nous allons continuer de travailler à le rendre régional puis national dans les éditions à venir et nous sommes convaincus qu’avec l’accompagnement des partenaires nous y arriverons. Car in fine c’est le système éducatif burkinabè qui gagne.

Au moment où vous célébrez les meilleurs élèves du Kouritenga et partant, l’éducation nationale, plusieurs écoles sont fermées dans le nord du pays et des milliers d’enfants sont ainsi privés de formation du fait du terrorisme. Comment ressentez-vous cette situation?

C’est avec beaucoup d’amertume que nous vivons cette situation malheureuse. En tant que soldat de la lutte contre l’ignorance nous ne pouvons qu’être meurtris de constater que des milliers d’enfants ne puissent pas aller a l’école du fait du terrorisme. C’est aussi pourquoi nous soutenons les actions du gouvernement dans la prise de mesures en faveur de la réinsertion de ces enfants dans le système éducatif.

Quel appel avez-vous à lancer?

Tous les enfants ont droit à l’éducation et nous espérons qu’ensemble nous trouverons des solutions pour secourir ceux d’entre eux qui sont dans des difficultés. Le Burkina Faso a besoin de l’implication de tous ses fils et filles dans cette lutte contre le terrorisme et notre détermination sans faille à presever le territoire de nos aïeux passe par l’éducation. Nous soutenons le Gouvernement et les Forces de défense et de sécurité dans leur croisade contre cette hydre. Certes, la bataille est dure mais le Burkina Faso sortira victorieux de cette guerre que nous imposent les forces du mal.

Abraham KOUASSI

Articles connexes

Leave a comment