Les choses sont allées très vite ce 29 juin 2015. Le lièvre a d’abord été levé par notre confrère Newton Ahmed Barry. Deux officiers du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) (les capitaines Dao Abdoulaye et Kaboré Flavien) auraient été auditionnés par la gendarmerie pour une affaire liée à la sécurité du Premier ministre Isaac Zida, qui aurait été contraint d’atterrir à la base 501 au lieu de l’aéroport de Ouagadougou, à son retour de son voyage en Chine.

Le chef du corps du RSP, le  Colonel Céleste Coulibaly, aurait également été interpellé et auditionné avec ses frères d’armes pendant plusieurs heures.

Ce dernier a cependant démenti cette information sur la page facebook du RSP. Mais tard dans la soirée de ce lundi, selon nos confrères du Faso.net  des coups de feu ont été entendus du côté du palais présidentiel de Kossyam.

Selon nos informations, les tirs n’ont pas duré longtemps et « l’incident » aurait été « géré » en interne entre frères d’armes du RSP, certaines sources signalant même des arrestations.

Il s’agirait, selon elles, de « tirs pour semer la zizanie ».  Ces mêmes sources croient savoir que le RSP espère que le Président de la transition Michel Kafando reprendra vite la situation en main dans ce qui semble être une nouvelle crise entre Isaac Zida et son corps d’origine. Une reprise en main qui rimerait avec une démission du chef du gouvernement.

Pour le moment, les sources d’informations officielles demeurent muettes sur le sujet et une importante rencontre entre les forces vives et le Président de la transition, qui devrait avoir lieu ce 30 juin, a été reportée.

Il faut noter en rappel que depuis la fin de l’année 2015, le courant ne passe plus entre le Premier ministre, le lieutenant-colonel Isaac Zida et ses frères d’armes du RSP, régiment présenté comme la garde prétorienne de l’ancien président Blaise Compaoré et dont des mouvements de la société civile ont appelé à la dissolution car jugée impliquée dans des dossiers de crimes de sang.

La situation s’est exacerbée à partir de février où un mouvement d’humeur des soldats a réclamé le départ d’Isaac Zida de la primature avant de revenir à des meilleurs sentiments en échange de la non dissolution du corps d’élite.

Une commission convoquée par le Président du Faso Michel Kafando pour réfléchir à l’avenir du RSP  avait semble-t-il ramené le calme entre les frères d’armes au point que le Premier ministre a affirmé le 12 juin dernier que « le pays avait besoin du RSP ».

La Réaction du RSP

Sur sa page Facebook, le RSP a donné sa version de l’affaire. Extrait

« Mouvement d’humeur au RSP suite à l’audition de trois officiers, et non des moindres par la Grie nationale lundi: le Chef de Corps LCL Celeste Joseph Coulibaly, les capitaines Dao Abdoulaye et Kaboré Flavien. Auditions de 12h à 16h30 sur base d’une rumeur non fondées de projet d’arrestation du PM à son retour de Taiwan. Fait imaginaire.

La troupe indignée du harcèlement permanent de certaines autorités de la Transition et des OSC a leur solde a manifesté un ras-le-bol par des remous assez vite maîtrisés par les premiers responsables.

Des tirs en l’air pour créer la zizanie ont été entendus, occasionnés par des éléments proche du PM Zida qui ont vite été maîtrisés sans violence par leurs frères d’armes. »

 Source: Burkina24