@Informateur- Ce n’est pas la grande sérénité au sein du RHDP à Grand-Bassam. De fait, depuis plusieurs mois, les animateurs du parti présidentiel dans la ville historique sont à couteaux tirés avec notamment la formation de deux camps.

La bataille porte autour de la nomination du Délégué départemental dans la ville. Une faction fidèle à Amidou Sanogo, ex-départemental RDR conteste la nomination pourtant déjà entérinée de Echui Aka, ex-DG de l’OSER à ce poste.

Cette rivalité s’est de nouveau exprimée le samedi 23 novembre 2019 à l’occasion de la cérémonie d’installation des coordonnateurs départementaux du RHDP. Cette rencontre a été émaillée par des incidents qui seraient le fait, selon nos sources de personnes mandatées par Amidou Sanogo et son allié Ibrahim Magassa, tous deux aujourd’hui en froid avec le maire Jean-Louis Moulot.

Cependant, cette situation, selon une source au sein du parti au pouvoir est aussi due au « jeu trouble de la direction du RHDP ». « Alors que Ouattara a déjà signé la nomination de Echui Aka, Adama Bictogo tente de la froisser en divisant la petite zone de Bassam en deux. La zone continentale qui sera dirigée par les dissidents et la zone maritime, c’est-à-dire les villages et autres par Dr Echui ».

En outre, selon un cadre du RHDP dans la ville historique, cette situation est une des « batailles de la guerre Amadou Gon Coulibaly-Marcel Amon Tanoh dans le sud-Comoé ». Présenté comme le choix d’Alassane Ouattara pour la présidentielle de 2020, le Premier ministre fait face depuis quelques semaines selon nos sources à l’éclosion de l’ambition présidentielle de son ministre des Affaires étrangères.

Fils du Sud-Comoé, Marcel Amon Tanoh entend selon nos informations asseoir totalement son autorité dans la région et s’en servir comme base pour une éventuelle course à la présidentielle.

Steven IBRAHIM