La réaction du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) à la révocation de Noel Akossi Bendjo de la marie du Plateau ne s’est pas faite attendre. Dans une déclaration lue ce jeudi 2 août 2018 par N’Dri Narcisse, membre du Secrétariat exécutif, le parti présidé par Henri Konan Bédié a chargé le gouvernement.

Le communiqué dénonce condamne notamment « la dérive autoritaire du gouvernement qui tend à mettre en péril le droit et les liberté ». Dans sa déclaration, N’Dri Narcisse a par ailleurs critiqué un « harcèlement » et une « grave violation de la présomption d’innocence dans un état dit de droit ».

Désormais en guerre ouverte avec le Rassemblement des Républicains (RDR), parti au pouvoir, la formation politique fondée par Félix Houphouët-Boigny, s’est engagée à porter cette affaire devant la Communauté internationale.

Pour ce faire, le PDCI va envoyer « des missions dans les chancelleries pour attirer leur attention sur les menaces qui pèsent sur la paix en Côte d’Ivoire ». « Cet acte porte gravement atteinte à la démocratie et à l’état de droit », a ajouté le porte-parole du parti.

Entouré de plusieurs hiérarques du PDCI dont Jean-Louis Billon et Kamagaté Brahima, N’Dri Narcisse s’est également plaint du timing choisi par le gouvernement. « Le PDCI considère que la révocation du maire est une affaire politique et  s’interroge sur l’opportunité d’une telle décision dans un contexte marqué par la préparation des élections locales municipales et régionales », a-t-il ajouté.

Pour rappel, depuis la France, Noel Akossi Bendjo a dénoncé cette décision « illégale » et a assuré être toujours maire du Plateau.

Abraham KOUASSI