@Informateur.info- Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a visité, jeudi, des sites de déplacés internes à Dori, région du Sahel, et à Kaya, région du Centre Nord, en marge de l’inauguration du Centre hospitalier régional (CHR) réhabilité et de la nouvelle gare routière de Dori.

Face à ces déplacés internes Roch Kaboré a assuré avoir pris ‘’la pleine mesure de leur désarroi’’. Car, ‘’quand on est déplacé, on n’est jamais en bonnes conditions. Les conditions restent difficiles. Et le souhait de chacun c’est de retourner chez lui’’, s’est-il appesanti, en leur témoignant sa ‘’solidarité’’ et son ‘’affection’’ en ces moments très difficiles pour le pays.

‘’Notre responsabilité en tant qu’Etat, c’est de faire en sorte que nous puissions rétablir la sécurité(…). C’est une mission fondamentale pour permettre à ces populations de pouvoir regagner leurs zones, de pouvoir reprendre leurs activités et que le Burkina retrouve sa sérénité d’antan’’, a indiqué M. Kaboré, saluant la ‘’résilience’’ de ces hommes et femmes victimes du terrorisme.

‘’C’est une mission fondamentale pour permettre à ces populations de pouvoir regagner leurs zones, de pouvoir reprendre leurs activités et que le Burkina retrouve sa sérénité d’antan’’, a poursuivi le président du Faso qui a pu lire dans ‘’les yeux de ces déplacés, des lueurs d’espérance’’.

C’est pourquoi, a concédé Roch Kaboré, ‘’la nécessité d’une solidarité nationale est importante parce que ceux qui sont au Sahel, au Centre-Nord et Nord, dans les zones d’attaque où il y a beaucoup de déplacé, ce sont des Burkinabè et notre solidarité est fondamentale pour aider ces personnes à se sentir épaulées en attendant, avec l’aide des Forces de défense et de sécurité, nous puissions ramener la Paix au Burkina Faso’’, a-t-il appelé.

Pour le président du Faso, ‘’le chemin sera long, mais jamais nous ne courberons l’échine’’, car ‘’chaque chose a une fin et nous allons continuer le combat pour un retour de la situation à la normale’’, a conclu Roch Marc Christian Kaboré à la satisfaction des déplacés dont le représentant, Souleymane Maïga, a sollicité du soutien en ‘’logements, vivres et habits’’.

Geneviève MADINA