@Informateur.info- En l’espace de quatre petits jours, le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, a servi deux versions différentes de “l’excellent déjeuner” de travail avec son “ami” Emmanuel Macron.

De retour de Niamey, lundi soir, où il a participé au 57è sommet ordinaire de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (Cédéao), le président ivoirien est revenu sur le déjeuner de travail, à l’Élysée, avec le président français.

“Le Président de la République s’est félicité de la désignation du Président du Ghana, Nana Akufo-Addo, comme nouveau Président de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO. Abordant le déjeuner de travail avec son homologue français, le Chef de l’Etat s’est réjoui de la parfaite convergence de vues entre le Président Macron et lui sur les questions régionales et internationales”, informe la présidence ivoirienne sur sa page Facebook.

Une publication qui prend le contre-pied du tweet de M. Ouattara, diffusé, à sa sortie d’audience avec son homologue français, le vendredi 4 septembre.

“J’ai eu un excellent déjeuner de travail avec mon ami, le Président Emmanuel Macron. Nous nous sommes réjouis de nos convergences de vues sur la situation économique et politique en Côte d’Ivoire, notamment l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, dans un climat de paix”, avait écrit Alassane Ouattara.

Comme on peut le constater, pour le même événement, Ouattara et ses services ont servi deux versions différentes. “De nos convergences de vues sur la situation économique et politique en Côte d’Ivoire, notamment l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 dans un climat de paix”, la présidence ivoirienne est passée à “la parfaite convergence de vues entre le Président Macron et lui (ndlr: M. Ouattara) sur les questions régionales et internationales”.

Comme quoi, la sérénité affichée à la sortie dudit déjeuner semble, avoir, désormais fait place au doute. Car, en face, l’hôte français est resté muet sur le contenu des échanges avec le No1 ivoirien. Obligé d’arrondir les angles pour éviter de se couvrir de ridicules, si ce n’est déjà fait avec cette valse de déclarations contradictoires. Tout porte à croire que “l’ami” Macron n’a pas été réceptif aux arguments de Ouattara qui s’attendait à voir sa candidature à un troisième mandat être adoubée par le président français. Ce qui explique ce rétropédalage qui a fait muer les “convergences de vues” sur l’élection présidentielle du 31 octobre 2020 en “convergences de vues sur les questions régionales et internationales”.

C’est que Alassane Ouattara, candidat à un 3è mandat contesté par une grande partie de l’opinion ivoirienne, car jugé “anticonstitutionnelle”, a compris ou a été recadré que les choses ne se sont pas passées comme il l’a dit dans son tweet. Pour preuve, jusque-là, l’Élysée n’a produit le moindre communiqué de l’issue de cette rencontre comme cela est d’usage en Hexagone. “Alassane Ouattara tape son tam-tam et danse”, ironise un observateur de la situation politique ivoirienne pour traduire ”l’embarras” du candidat au 3è mandat désapprouvé par Paris et qui “ne veut pas, clairement, l’exprimer d’où cette tergiversation dans le rendu du déjeuner avec Macron”, soutient l’analyste.

Jean-François FALL