@Informateur.info- Après son ”lieutenant” Achille Tapsoba, le président de l’ex-parti au pouvoir au Burkina Faso, Eddie Kamboigo, lui-même, se prononce sur les orientations du président d’honneur, Blaise Compaoré pour la levée des sanctions contre de hauts cadres récemment radiés.

Face aux personnes vivant avec un handicap de son parti qui étaient en assemblée générale, vendredi 18 octobre 2019, le chef du Congrès pour la démocratie et le progrès (Cdp) a dit s’en tenir aux instructions de l’ancien président du Faso.

Mais, il a laissé entendre que le retour ne se fera pascsans conditions. ” Des militants de notre parti ont failli. Notre Président d’honneur a appelé les uns et les autres à l’ordre. La direction du parti accepte le principe. Mais, les frondeurs ne doivent plus traduire le parti en justice”, a indiqué Eddie Kamboigo.

Puis de souligner ” s’ils s’exécutent et qu’ils reviennent, nous travaillons la main dans la main pour aller de l’avant. Nous les recevrons avec honneur et respect car celui qui accepte le pardon est l’ami de Dieu”.

Bien avant sa sortie sur ce sujet, Eddie Kamboigo a rassuré les militants vivant avec un handicap que le parti va oeuvrer à leur promotion si le CDP retrouve le pouvoir d’État en 2020. ” L’handicap n’est pas mental. C’est un handicap physique. Vous avez les mêmes forces pour pouvoir gérer ce pays”, rassurait Eddie Kamboigo, saluant la mobilisation des personnes vivant avec un handicap pour le retour du CDP à Kosyam.

Alfred SIRIMA

Correspondant Informateur.info