@Informateur.info- La plateforme de l’opposition ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) présidée par le professeur Georges-Armand Ouégnin, entend organiser dans les jours à venir, une marche pour exiger la reforme de la Commission électorale indépendante (CEI). L’information a été donnée le samedi 23 mars dernier, au cours d’une cérémonie d’investiture des «Mamans Gbagbo» à Yopougon.

Invité d’honneur de la cérémonie des ‘’Mamans Gbagbo’’ du parlement « La réflexion » de l’Union nationale des parlements, orateurs et agoras de Côte d’Ivoire (UNAPOCI), le président de l’EDS, a profité de cette occasion pour livrer un message aux militants du front populaire ivoirien (FPI). «La CEI sera réformée en profondeur et de façon consensuelle comme nous le souhaitons depuis 2011 et tel que l’exige la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples depuis 2016», a annoncé d’emblée Georges Ouégnin. «La loi électorale de 2014 portant composition, attributions, organisation et fonctionnement de la CEI sera modifiée et prendra en compte tout le processus électoral, là dessus il n’y a pas de débat qui tienne», a-t-il rassuré. Pour ce faire, il a demandé aux militants de demeurer mobilisés, car dira t-il «Très bientôt je lancerai un appel à tous les démocrates pour des actions d’envergure sur le terrain afin d’obtenir des tenants actuels du pouvoir, une CEI réformée et consensuelle, seul gage d’élections crédibles et transparentes», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le président de cette plateforme de l’opposition exige la libération des prisonniers militaires, qui sont aussi des prisonniers politiques qui croupissent encore derrière les barreaux. L’EDS exige également la libération de tous les enseignants, élèves et étudiants incarcérés durant la grève des enseignants, et s’insurge avec véhémence contre la barbarie à laquelle s’est illustrée la police nationale.

Yannick KOBO