@Informateur.info- La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a rendu publique, mercredi, sa décision dans l’affaire de l’organisation de la Commission électorale indépendante (CEI) opposant le gouvernement ivoirien à son opposition, notamment, le PDCI-RDA du Président Henri Konan Bédié.

A Arusha en Tanzanie, le juge tunisien Rafaa Ben Zchour qui présidait l’audience du jour, en remplacement du président de la Cour, l’Ivoirien Sylvain Oré qui n’a pas siégé en vertu du conflit d’intérêt et conformément aux textes de la Cour africaine, a tranché en faveur du PDCI, en déboutant l’Etat de Côte d’Ivoire.

Dans sa décision, la CADHP a estimé que le gouvernement ne s’est pas doté d’un organe ” équilibré et impartial” parlant de la CEI. Aussi, ordonne-t-elle l’État ivoirien à organiser de “nouvelles élections dans les commissions électorales locales avant la tenue de la présidentielle”.

Selon la CADHP, le gouvernement ivoirien a violé ses engagements à respecter l’ ordonnance qui l’obligeait à une ” réforme profonde” de la CEI pour rendre, véritablement, “indépendant”, cet organe en charge des élections.

A cet effet, la Côte d’Ivoire dispose d’un délai de trois (3) mois pour tenir ses engagements avant la tenue de l’élection présidentielle.

Geneviève MADINA