@Informateur.info- Le décès du Premier ministre Ivoirien, Amadou Gon Coulibaly a inspiré à l’analyste politique, Mamadou Traoré, une réflexion sur les circonstances de la mort et la signification en islam qu’il a publiée sur sa page facebook.

«Quand quelqu’un meurt suite à une longue maladie avec laquelle il s’est battu, pour le musulman, il est mort suite à la volonté de Dieu. Quand quelqu’un meurt suite à une courte maladie, pour le musulman, il est mort suite à la volonté de Dieu.

Mais si quelqu’un meurt à la suite d’une maladie dont il n’a pas reçu de soins de la part de ses parents ou de ceux qui devraient le faire, pour le musulman, il est mort suite à la volonté de Dieu mais il a été tué.

Si quelqu’un meurt suite à un jeûne alors qu’il se savait par exemple diabétique ou portant une maladie qui a affaibli ses organes, pour le musulman, c’est son jour qui est arrivé mais c’est un suicide.

Suicide car Dieu a interdit à ces personnes malades de jeûner. Il leur a donné des voies pour compenser cette absence de jeûne. Si quelqu’un meurt suite à un couteau qu’on lui a planté dans le ventre, pour le musulman, c’est un assassinat même si c’est le jour du défunt qui est arrivé.

Quand on sait quelqu’un fragile, qui vient de subir une intervention chirurgicale, et qu’on l’oblige à ne pas se reposer et à travailler comme s’il était normal et que suite à cela il perdait la vie, cela est un assassinat pour le musulman même si c’est le jour du défunt qui est arrivé.

Et il est dit dans le Coran que tous ceux qui tuent leurs semblables iront en enfer. Il est également dit dans le Coran que tous ceux qui se suicident iront en enfer.

Pourtant, Dieu a permis que la vie de ceux qui ont été assassinés ou qui se sont suicidés leur soit arrachée par l’ange de la mort. On dira que c’est parce que Dieu l’a voulu qu’ils sont morts. On dira également que c’est leur heure qui a sonné.

Mais cela n’exclut pas le fait qu’il y ait eu assassinat ou suicide. Et il est dit, selon la tradition islamique, que tous ceux qui ont été tués par leurs semblables, si cela a été fait alors qu’ils ne commettaient pas de fautes dont a horreur Allah, iront directement au paradis.

Et qu’on n’essaie pas de cacher un assassinat en se cachant derrière une volonté divine. Et nous savons tous que l’assassin ou les assassins du défunt sont toujours présents aux obsèques de celui qu’ils ont tué. Le plus souvent, ce sont eux qui pleurent le plus le défunt. Cela est une réflexion qui m’est venue suite au décès de mon grand frère chéri