Ouvert le mercredi 21 mars 2018, le procès des présumés coupables du coup d’Etat manqué de septembre 2015 au Burkina-Faso, se poursuit. Ce mardi 27 mars 2018, les accusés ont encore comparu devant les juges militaires, à la salle des banquets de Ouagadougou. Au terme de l’audience de ce jour le président, de la cour militaire, Seydou Ouédraogo, a suspendu le procès jusqu’au vendredi 30 mars prochain.
Lors de la reprise de l’audience le vendredi 30 mars 2018, précise-t-on, le président de la cour Seydou Ouédraogo, va répondre à la demande de nullité de la citation à comparaître du général Djibril Bassolé, reconnu en tant que l’un des principaux cerveaux de ce putsch raté.
A noter par ailleurs, qu’au cours de l’audience de ce mardi 27 mars 2018, le général Djibril Bassolé, a fourni une liste de 11 témoins, parmi lesquels l’on note plusieurs personnalités. Il s’agit, entre autres, du président nigérien Mahamoudou Issoufou, du président sénégalais Macky Sall, de l’ex-président béninois Yayi Boni, des anciens ambassadeurs de la France et des Etats Unis au Burkina-Faso, Giles Thibault et Tulinabo Mushingui, de la directrice de la justice militaire burkinabè, Sita Sangaré et enfin du général Yacouba Issac Zida.

Georges Kouamé