Procès de Blé Goudé, mercredi, à Abidjan: Ses avocats se retirent de la procédure

La programmation d’une audience en l’absence de Charles Blé Goudé, en liberté sous condition à La Haye, est une violation de ses droits, ont dénoncé, mardi ses avocats, annonçant pour la circonstance leur absence, mercredi 18 décembre au tribunal criminel d’Abidjan où doit s’ouvrir un procès contre le dernier ministre de la jeunesse de l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo pour des faits de ‘’crimes contre l’humanité et des crimes de guerre’’.

‘’Nous n’allons pas y être ‘’, a martelé, dans une conférence de presse Me N’Dry Claver, l’avocat principal de M. Blé Goudé, estimant que l’audience de demain ‘’viole la Constitution’’.

Selon la défense de l’ex-leader de la galaxie patriotique sous le régime de Laurent Gbagbo qui ont déposé un recours, il est hors de question de poursuivre la procédure sans avoir ‘’vidé le contenu’’ dudit recours. Charles Blé, acquitté par la CPI des mêmes charges, est en liberté conditionnelle à La Haye. Ce qui a fait dire à Me Blédé Dohora que cette procédure ‘’est nulle en Côte d’Ivoire’’.

‘’Notre client ignore tout de cette procédure. Et nous, ses avocats n’ont aucune information sur les faits pour lesquels il .est poursuivi’’, a expliqué Me N’dry déterminé à ‘’saisir la Cour africaine des droits de l’Homme pour violation des droits de la défense si ça continue’’.

Pour rappel, la chambre d’instruction du parquet général d’Abidjan a décidé le 7 novembre dernier de renvoyer l’ancien ministre de la Jeunesse devant le tribunal criminel, l’ancienne cour d’assises. La défense avait alors expliqué un ‘’conflit de compétence juridictionnelle’’. En effet, selon elle, il y avait une pièce maîtresse qui concernait le transfert de Charles Blé Goudé à la CPI, le 21 mars 2014, qui ne s’y trouvait pas.

‘’Cette pièce nous a été remise le mardi 5 novembre à 12h26, alors que l’heure limite de dépôt du mémoire étant fixée à 15 heures du même jour, il était matériellement impossible aux avocats de déposer leur mémoire. Nous avons donc sollicité un autre renvoi d’une semaine. Face au refus de la chambre, nous avons décidé de nous déporter de cette affaire’’, avait indiqué Me N’dry. Par la suite, l’audience avait déjà été reportée à deux reprises avant d’être programmée pour le mercredi 18 décembre.

Geneviève MADINA