@Informateur.info- A l’occasion de l’audience dans le procès pour crimes contre les populations civiles et crimes contre les prisonniers de guerre de Charles Blé Goudé ce mercredi 6 novembre 2019, la défense du président du Cojep s’est retirée de l’affaire non sans dénoncer par la voix de Ndry Claver des manquements dans la procédure. Ci-après, les explications de l’avocat à la sort de la salle d’audience.

“Nous avons souhaité un report de cette audience pour des raisons simples.

La semaine dernière, les avocats de la défense de M. Blé Goudé ont sollicité un renvoi devant cette même chambre parce que nous avons estimé qu’il y avait une pièce importante dont l’omission dans le dossier ne permettait pas l’avancée de cette procédure. Cette pièce qui devait être mise à la disposition du collectif des avocats de M. Charles Blé Goudé nous a été donnée seulement hier à 12h26.

Le code dit que les avocats doivent déposer leur mémoire 24h avant. Quand vous nous remettez une pièce à 12h26 alors que le collectif d’avocat devait se réunir pour étudier le mémoire à produire à 15h au plus tard , il était matériellement impossible de pouvoir tenir dans le temps.

Nous sommes venus, nous avons demandé respectusement à la chambre d’instruction de hein vouloir reporter cette procédure pour une semaine pour permettre aux avocats de jouer pleinement leur rôle.

La chambre d’instruction ayant dit que l’audience pouvait se tenir, nous avons dit que ce n’était pas possible.

Nous avons échangé sur cette question et comme ils ne semblaient pas nous entendre dans ce que nous avons demandé, le collectif a décidé de se déporter de cette affaire.

Nous ne sommes plus dans cette affaire. S’ils veulent poursuivre la procedure comme ils veulent, qu’ils la poursuive. Mais, c’est sans nous.

Parce que nous n’allons pas rester dans une salle pour donner l’impression aux justiciables, aux citoyens Ivoiriens qu’il y a des avocats qui constituent un contre poids à cette justice toutes les fois où nous n’avons pas la possibilité de jouer pleinement notre rôle,nous ne voyons pas pourquoi nous allons être dans une salle d’audience”.

Abraham KOUASSI