@Informateur.info- Le fondateur du Groupe de presse Jeune Afrique, le Franco-tunisien Béchir Ben Yahmed, est décédé ce lundi 3 mai à Paris, des suites de la Covid-19, à l’âge de 93 ans.

Diplômé en Hautes Etudes Commerciales (HEC Paris), Bechur Ben Yahmed créé Jeune Afrique en 1961 à Tunis avant de déménager le magazine à Rome (1962) puis à Paris (1964). En 1956, il fut le plus jeune ministre (Secretaire d’Etat à l’information) du Président Habib Bourguiba, à 28 ans, mais aussi le premier membre à démissionner du gouvernement tunisien en septembre1957.

Fondé pour accompagner le mouvement d’émancipation des peuples qui, à l’orée des années 1960, accèdent à l’indépendance, Jeune Afrique a pris une part active dans tous les combats qui ont depuis rythmé l’histoire du continent.

Témoin privilégié de tous les soubresauts de l’Afrique et du Moyen-Orient, observateur et éditorialiste engagé, Béchir Ben Yahmed a fréquenté tout au long de sa carrière des personnalités déterminantes pour le continent : le Sénégalais Senghor, l’Ivoirien Houphouët-Boigny, le Marocain Hassan II ou encore le Ghanéen Kwame N’Krumah et le Congolais Lumumba…

Avec Bechir Ben Yahmed, c’est l’un des derniers grands témoins de l’Afrique des indépendances et de la période postcoloniale qui disparaît. Hospitalisé depuis fin mars, le journaliste qui a, “délibérément, refusé de porter le masque et de se faire vacciner, tout en continuant de vouloir serrer la main à ses interlocuteurs”, selon le quotidien français Le Monde, a succombé ce lundi, jour de la célébration de la 28è journée mondiale de la liberté de la presse.

Alfred SIRIMA
avec Wikipédia et J.A