@Informateur.info- A l’occasion d’une conférence de presse, ce vendredi 16 octobre 2020, Pascal Affi N’Guessan, président de la branche légale du Front populaire ivoirien (FPI) et candidat à la présidentielle d’octobre 2020 a lancé un appel aux partisans de l’opposition.

L’ancien Premier ministre ivoirien a donné des instructions à ceux-ci afin de faire «barrage» à ce qu’il qualifie de «coup d’état constitutionnel». Ainsi, l’opposition a décidé «d’empêcher le convoyage et la distribution de tout matériel électoral, empêcher l’affichage électoral, empêcher les meetings de campagne, empêcher la distribution et le retrait des cartes d’électeurs et manifester dans les formes et par tous moyens appropriés leur opposition au coup d’Etat électoral en cours».

«Notre désobéissance civile est un acte de résistance à un double coup d’Etat », a déclaré Pascal Affi N’Guessan. «Ensemble nous lançons un appel solennel à nos militants, nos sympathisants, nos électeurs et au-delà à tous nos compatriotes épris de justice et de liberté. Nous leur demandons, avec gravité, de faire barrage, par tous les moyens légaux, au coup d’Etat électoral que s’apprête à commettre un président félon accroché au pouvoir», a déclaré le président du FPI.

«Parce que nous sommes candidats à l’élection présidentielle, la vraie, nous ne pouvons être complices ou otages de ce simulacre. Et comme les Ivoiriens veulent une vraie élection présidentielle, loyale, transparente et inclusive, j’ai confiance en leur mobilisation pour la désobéissance civile. Nous n’avons pas le droit de reculer. Ce serait trahir une cause historique ; bâtir une Côte d’Ivoire vraiment réconciliée et vraiment démocratique », a poursuivi le candidat à la présidentielle.

Affi N’Guessan a cependant assuré que l’opposition ne compte pas mener d’actions violentes. «Nous n`avons pas au programme la violence, ni des attaques contre les symboles de l`Etat. Mais si nous sommes attaqués nous nous défendrons», a-t-il dit.

Steven IBRAHIM