@Informateur.info- L’attitude de Konan Kouakou Bertin dit KKB, dont la candidature a été rejetée dans la cadre de la convention du PDCI-RDA révèle du mercenariat politique. C’est ainsi que l’ex-candidat malheureux à la présidentielle de 2015 est perçu par les membres de l’ancien bureau de la Jeunesse du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Jpdci, 2003-2013). Ces derniers sont montés au créneau, mercredi, pour donner la réplique à celui qu’ils considèrent comme un adversaire politique dont le dessein est de déstabiliser le plus vieux parti de Côte d’Ivoire.

A(re)lire Après le rejet de sa candidature, KKB charge le comité électoral : «Ils ne peuvent être ni indépendants, ni impartiaux»

«Nous ne nous reconnaissons pas dans la démarche de notre ancien président (…) Il mène une démarche solitaire», a déclaré Mme Djénébou Diomandé. Estimant qu’en dépit de cette tentative de déstabilisation le PDCI va remporter le scrutin du 31 octobre prochain. Et Kamagaté Brahima qui a assuré le secrétaire général de la Jpdci, de 2003 à 2013, d’exhorter les militants du parti à «demeurer sourd aux appels de KKB».

Mais pour l’ancien vice-président du bureau de la JPDCI ? Tehra Sinaly, le masque de KKB est tombé. «Il est à la solde de tous les politiciens de Côte d’Ivoire», a-t-il accusé. Avant de s’interroger : «Comment voulez-vous qu’un militant du Pdci qui refuse de rester dans les rangs du parti pour le choix de son candidat et qui se porte candidat indépendant et qui est financé par un cadre d’un autre parti politique, on le qualifie (…) c’est un mercenaire politique».

Pour Tehra Sinaly, il n’est pas question que les anciens membres du bureau de la jeunesse du PDCI tolèrent les agissements de quelqu’un qui «s’est constitué en mercenaire politique».

Dalima DAHOUE