Eddie Komboïgo

@Informateur.info- Eddie Komboïgo, candidat du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP, ex-parti au pouvoir) a déposé, mercredi, son dossier de candidature à l’élection du Président de la République du Burkina Faso du 22 novembre 2020, dans une ambiance carnavalesque imprimée par les militants et sympathisants qui ont pris d’assaut le siège de la Commission électorale nationale independante ( CENI).

A sa sortie après la réception de son dossier de candidature ponctuée par la remise du récépissé de dépôt par le président de la CENI, Newton Ahmed Barry, le candidat Edgie Komboïgo a exprimé sa joie d’être investi pour la 2è fois par son parti, après 2015, qui a vu sa candidature être invalidée du fait de la “loi Chérif”, du nom du journaliste Chérif Ousmane Sy, président du Conseil national de transition après la chute de Blaise Compaoré le 31 octobre 2014, poussé dehors par une insurrection populaire.

Pour rappel, la “loi Chérif” interdisait au CDP et aux partisans du président déchu de briguer des mandats lors des élections marquant la fin de la transition. Aussi l’étape du dépôt de son dossier était, selon Eddie Komboïgo “indispensable” sur le chemin du palais de Kosyam.

“Nous venons de nous acquitter de nos obligations légales de dépôt de candidature. La candidature est, vous le savez, un engagement d’une personne vis-à-vis de son peuple”, a déclaré à la presse, le candidat du CDP qui recherche “le pouvoir pour servir le peuple et non nous servir”.

Déclinant un pan de son projet de société, M. Komboïgo a ajouté que son premier objectif, est de “garantir la vie des populations. Donc, le retour de la paix, travailler à une réconciliation nationale et à la relance de l’économie qui intègre la recherche de l’emploi, notamment pour la tranche féminine et jeune”. Par ailleurs, le candidat devenu romancier, pour la circonstance, présence ce jeudi, son livre “Mon ambition pour le Burkina”. Un livre ouvrage de campagne, sans doute, où l’auteur ébauche sa vision pour le pays des hommes intègres.

Sur les quinze candidats déclarés, cinq ont déjà déposé leur dossier dont le président sortant, Roch Marc Christian Kaboré. Le chef de file de l’opposition, Zéphirin Diabré, candidat de l’UPC est attendu vendredi à 14h à la CENI pour sacrifier à cette exigence.

Alfred SIRIMA