PUBLICITE


@Informateur.info- L’opposition politique burkinabè en Côte d’Ivoire est en pleine concertation, ce week-end au siège de la fédération de l’UPC- Côte d’Ivoire, en vue de s’accorder sur le choix de la personnalité qui va la représenter dans la commission électorale indépendante d’Ambassade (CEI/AM) et celle des Consulats Généraux. Ce, dans le cadre de la mise en place des démembrements de la commission électorale indépendante en vue de la présidentielle de 2020.

En effet, lors d’une rencontre avec les autorités diplomatiques, le vendredi 25 octobre dernier, il leur a été annoncé l’arrivée d’une mission de la Commission électorale indépendante qui va procéder du 1er au 2 novembre prochain à la mise en place de ses démembrements. Latitude était donc laissée à l’opposition et à la majorité présidentielle, convoquée à cette rencontre, à se concerter afin de proposer des noms.

Pour l’occasion, les deux blocs opposés (Majorité présidentielle et opposition) auront à s’accorder chacun de son côté sur le nom d’une personnalité pour les représenter dans cet organe de gestion des élections en Côte d’Ivoire.

Mais il n’y a pas que les forces politiques, la société civile de la diaspora a aussi droit à un représentant au sein des démembrements de la CENI. Ainsi l’on aura des bureaux de trois membres, composés d’un président (en l’occurrence le représentant de la société civile) et de deux rapporteurs repartis entre la majorité présidentielle et l’opposition. Les commissions des 3 Consulats Généraux que compte le Burkina Faso en Côte d’Ivoire seront assistées par les percepteurs et par celle de l’Ambassade par le Trésorier.

La mise en place des démembrements de la Commission électorale nationale indépendante, est une amorce du vote de la diaspora burkinabè à la présidentielle de 2020. Une promesse du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

Dalima DAHOUE

PUBLICITE


Articles connexes

Leave a comment