@Informateur.info- A une dizaine de jours des vacances de Noël, les cours connaissent des perturbations dans plusieurs établissements scolaires du pays où les élèves qui entendent s’octroyer la date de leur choix pour le départ en vacances, se livrent à des actes de vandalisme.

Ça y est! Le phénomène “des congés scolaires anticipés” reprend avec son lot de dégâts matériels dans les établissements. A Grand-Lahou ( 79 km au Sud-ouest), rapporte l’Agence ivoirienne de presse cité par un site d’information, le lycée moderne Usher Assouan de la ville a été saccagé par des élèves dans la nuit du lundi 7 au mardi 8 décembre 2020 après des affrontements avec forces de l’ordre.

A l’origine, dit-on, des élèves désireux
d’anticiper sur les congés de Noël fixés au 18 décembre prochain défilant la nuit dans les rues ont été empêchés par les forces de l’ordre de troubler l’ordre public. Il s’en est suivi des affrontements à l’issue desquels les élèves ont saccagé leur propre établissement, emportant six ordinateurs, détruisant des dossiers…

Lundi déjà, les cours ont été, fortement, perturbés, pour les mêmes raisons à Agboville, Zuenoula et à Grand-Bassam. Un phénomène qui risque de toucher d’autres villes si rien n’est fait au niveau des autorités éducatives du pays. Pour empêcher ces élèves, fauteurs de trouble, d’imposer leur désir à l’administration scolaire et aux autres élèves.

Pour rappel, l’année dernière, ce phénomène avait causé la mort de trois élèves au cours des affrontements similaires. Le mercredi 4 décembre 2019, un élève de 3è succombait à Anyama suivi d’un autre en classe de Terminale le lundi 9 décembre à Daloa et enfin le mercredi 11 décembre 2019 un élève de Seconde rangeait, pour toujours, cartable, cahiers et tenue scolaire.

Geneviève MADINA