@Informateur.info- Recevant, lundi, les conjointes des prisonniers politiques et militaires, Laurent Gbagbo a dévoilé le contenu de son tête-à-tête, du 27 juillet dernier, avec le président Alassane Ouattara, notamment sur sa demande formulée en faveur d’une libération des prisonniers politiques et militaires de la crise post-électorale de 2010.

A l’ssue de sa rencontre avec le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, le 27 juillet 2021 au palais présidentiel, Laurent Gbagbo avait plaidé pour la libération des prisonniers politiques et militaires encore en détention.

“En ce qui me concerne, j’ai surtout insisté sur les prisonniers qui ont été arrêtés au moment de la crise de 2010-2011 et qui sont en prison. J’ai dit au président j’étais leur chef de file et bon je suis dehors aujourd’hui”, avait déclaré M. Gbagbo, à sa sortie d’audience, à la presse ajoutant qu’il souhaitait que “le président fasse tout ce qu’il peut pour les libérer et le président a les moyens”.

Devant les épouses desdits prisonniers, lundi, l’ex-président ivoirien a révélé que “il (M.Ouattara) ne m’a pas dit non. Mais il ne m’a pas dit oui non plus. Il ne m’a pas dit non, parce qu’il m’a dit qu’il allait étudier et que, pour le moment, il était entrain d’étudier le cas de ceux qui avaient été arrêtés en 2020. Et qu’il pense que pour cette fête d’indépendance, ça se serait trop tôt mais il va faire tous les efforts pour les libérer le plus tôt possible. C’est la réponse qui m’a été faite et je vous transmets telle, qu’elle”, a dit Laurent Gbagbo soulignant qu’on est “obligé de s’accrocher à cette réponse et de prier pour que nos frères, nos amis, nos camarades, nos époux soient libérés “.

Pour rappel, au lendemain de la rencontre entre le Président de la République, Alassane Ouattara et son prédécesseur, Laurent Gbagbo, une liste de 110 prisonniers militaires et politiques avait été auprès des autorités ivoiriennes par le camp de l’ancien chef de l’État.

Geneviève MADINA