@informateur.info- La mission d’évaluation du Conseil constitutionnel burkinabè du scrutin présidentiel de 2020 en Côte d’Ivoire où la diaspora a voté pour la première fois a laissé un sentiment d’insatisfaction à la section du Mouvement AGIR Ensemble.

Selon Ousmane Ouédraogo, Secrétaire général de ce mouvement en Côte d’Ivoire bien de questions soulevées à l’occasion de cette rencontre n’ont pas trouvé de réponse. ” Lors des échanges nous avons posé plusieurs questions. Entre autres, sur la non décentralisation des lieux de vote, et le retard dans la délivrance des CNI qui devraient permettre aux uns et aux autres de s’inscrire sur la liste électorale. Ces questions n’ont pas eu de reposes”, déplore Ousmane Ouédraogo qui a joint Informateur.info pour commenter cette rencontre.

A(re)lire Burkina/Présidentielle 2020: Le Conseil constitutionnel évalue le scrutin à Abidjan

Outre ce grief qui fâche le Mouvement Agir Ensemble, Ousmane Ouedraogo estime que ” la réunion dite d’echanges a plutôt été monopolisée par le président du Conseil constitutionnel et sa délégation. Cette rencontre m’a laissé sur ma faim”.

Pour rappel, le président du conseil constitutionnel burkinabè était en mission d’évaluation à Abidjan qui l’a amené à rencontrer le 25 août dernier les représentants des partis politiques, les responsables des associations et des chefs communautaires.

Au terme de son séjour, il a rencontré la presse pour faire le point de sa mission qu’il a jugé satisfaisante.

Alfred SIRIMA