@Informateur.info- Mahamane Ousmane, candidat du RDR-Tchanji (opposition) a contesté, mercredi, les résultats provisoires du deuxième tour de la présidentielle au Niger, donnant son adversaire du parti au pouvoir, Mohamed Bazoun, élu avec 55,75% des suffrages contre 44,25% pour l’opposant.

Revendiquant la “victoire”, Mahamane Ousmane, 71 ans, ex-chef de l’État (1993-1996) a avancé le chiffre de 50,3% des voix, pour se proclamer “vainqueur” du deuxième tour de la présidentielle du 21 février dernier, se fondant sur “la compilation” des procès-verbaux envoyés par les délégués présents dans les bureaux de vote.

Comme le président de sa coordination de campagne, Falké Bacharou, qui évoquait un “hold-up électoral” peu avant la proclamation des résultats provisoires, mardi, par la Céni, Mahamane Ousmane a dénoncé des “fraudes massives” et a rejeté “en bloc les résultats, partout où des irrégularités ont été constatées”.

L’ex-premier président de la République élu démocratiquement en 1993 et renversé par un coup d’État en 1996 se réserve le droit d’exercer des recours en annulation dans les zones concernées en promettant d’utiliser tous les moyens légaux pour défendre la victoire qu’il revendique.

Selon des résultats provisoires annoncés par la Céni mardi, Mohamed Bazoum, arrive en tête du second tour de la présidentielle nigérienne avec 55,75% des voix contre 44,25% à Mahamane Ousmane.

Alfred SIRIMA avec Rfi