@Informateur.info- Etoile montante du rap au Burkina Faso, l’artiste Kayawoto, Abdoul Kaboré à l’état civil, présente, vendredi 26 février 2021, son premier album. Après avoir conquis le cœur des mélomanes avec trois singles qui cartonnent dans tout le Burkina, le natif de Pouytenga sera face à la presse. «C’est du lourd, c’est du pur», annonce-t-il déjà.

Piqué par le virus de la musique en 2007, Abdoul Kaboré écrit son premier couplet en 2008 alors qu’il était encore sur les bancs. Un texte que ses camarades ont aimé et l’ont encouragé à rentrer en studio. Mais Abdoul Kaboré n’avait ni les moyens ni de soutiens pour concrétiser ce rêve.

Il va donc trimer courageusement entre l’orpaillage, le commerce et le transport pour exister et se réaliser. Puis le sort a voulu qu’il croise ensuite San Rémy Traoré, patron de Propulsion Pictures, qui tombe sur le charme de son talent et lui donne sa chance. 

Son style musical qu’est le rap, il dit l’avoir choisi parce qu’étant à l’aise pour véhiculer ses messages. Issu du ghetto, ses textes empruntés aux réalités du vécu des Burkinabè sont aussi poignants. Kayawoto enchaîne donc trois singles dont Rakanra biga qui fait feu.

Ce titre et le clip de belle facture qui mettent en lumière un monde où les riches et les pauvres vivent sans forcément se confondre; où l’opulence des uns étrangle les soupirs des autres, ont fait émerger l’artiste sur la scène musical burkinabè.

Le neveu de Naaba bougoum de Pouytenga est devenu incontestablement le meilleur rappeur de sa génération au Burkina Faso. Une révélation qui repositionne le rap sur la scène musicale burkinabè. Il avait promis un album, l’opus est là. «C’est du lourd, c’est du pur», annonce Kayawoto avant la présentation de l’album ce vendredi 26 février au Centre national des arts du spectacle et de l’audiovisuel (CENASA).

Alfred SIRIMA