@LGP- Des responsables communautaires sont accusés d’avoir abusé des sinistrés du cyclone Idai. L’accusation est portée par la mission d’enquête de l’ONG Human Rights Watch au Mozambique, à travers un communiqué.

Le communiqué indique que «des femmes sans moyens ont été contraintes d’avoir des relations sexuelles avec des responsables locaux en échange d’un sac de riz ou de haricot tandis que certaines ont dû payer pour avoir leur nom sur les listes de distribution».

Les Nations-Unies ont annoncé l’ouverture d’une enquête. «La tolérance zéro sera appliquée et les auteurs de ces actes seront poursuivis», assure Sebastian Stampa, le directeur du Bureau des affaires humanitaires des Nations unies au Mozambique (Ocha).

Le passage du cyclone Idai dans le centre du Mozambique a fait un millier de morts et des centaines de milliers de sans-abri dans le district de Nhamantanda, précisément à Tica et à Mbimbir.

 César Kouamé

Articles connexes

Leave a comment