Abdoul Wahab Yougbaré, promoteur de la marque Fantastic Africa

@Informateur.info- Fantastic. C’est le nom de la marque de vêtements fondée par Abdoul Wahab Yougbaré, jeune entrepreneur burkinabè amoureux de la mode et qui s’attèle à la faire connaître et aimer du public.

Fait à base de coton, Fantastic qui se présente sous le modèle tee-shirt, tendance jeunesse, de surcroît unisexe, est  une ligne de vêtement que son promoteur a initié pour, dit-il,  exhorter ses compatriotes à demeurer toujours positifs devant les difficultés auxquelles ils sont confrontés.Mais au-delà de son pays, en tant que citoyen africain, cette marque qui est appelée à faire son chemin, est aussi l’expression de son attachement à l’Afrique.

La marque qui est disponible depuis 2019 en boutique et vendue également en ligne, est enregistrée à l’organisation africaine de la propriété intellectuelle (OAPI). C’est donc une marque déposée qui confère à son promoteur le monopole de son exploitation.

Originaire de Pouytenga, Abdoul Wahab Yougbaré, la trentaine entamée, a d’abord été commerçant de bétail. Une activité qu’il embrasse en 2005 après ses études secondaires à l’école franco-arabe de Tenkodogo. Cela l’amène à sillonner régulièrement les pays côtiers tels le Benin, et le Nigeria. Après plusieurs années de rude labeur sur les sentiers du bétail, avec l’expérience acquise et certainement les moyens réunis, il amorce sa reconversion dans la mode.

C’est ainsi qu’il crée sa boutique dénommée “Jeunesse-Mode” et lance sa ligne de vêtements “Fantastic”. Il dispose d’une boutique à Pouytenga, la première, et d’une deuxième à Ouagadougou.

Exemple d’abnégation au travail, Abdoul Wahab Yougbaré fait partie de cette jeunesse consciente d’Afrique qui ont compris que seul le travail et les concepts positifs peuvent transformer l’Afrique.

Pour ce jeune, chacun doit apporter sa contribution à l’émergence culturelle, économique et technologique de l’Afrique. ” Nous devrons être créatifs et ambitieux si nous voulons participer au développement de l’Afrique. L’innovation doit se faire à tous les niveaux. J’invite le public africain à s’approprier la marque Fantastic “, lance le jeune entrepreneur.

La marque Fantastic vient s’ajouter à la gamme d’autres vêtements made in Africa. Il appartient aux africains d’encourager l’économie locale. C’est ainsi qu’on fera de ces marques de grandes chaines à l’instar de celles importées d’Europe ou d’Asie.

Alfred SIRIMA