@Informateur.info- L’ancien président français, Nicolas Sarkozy, a été mis, lundi, en examen pour “association de malfaiteurs” dans l’enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle en 2007, rapporte le Parquet national financier, cité, vendredi, par des médias français.

Selon ces sources, c’est la quatrième dans ce dossier pour Nicolas Sarkozy qui s’était dit “totalement innocent dans cette affaire” et victime d’un “complot” après les mises en examen prononcées en mars 2018 pour “corruption passive”, “recel de détournement de fonds publics” et “financement illégal de campagne”.

L’ex-président français (2007-2012) a appris cette nouvelle mise en examen avec “la plus grande stupéfaction”, a-t-il tweeté, vendredi, dénonçant “une longue liste d’injustices commises” dans cette affaire dite, selon lui, de ” prétendu financements libyen” de sa campagne électorale en 2007.

“Après quatre journées d’interrogation, au cours desquelles j’ai répondu à toutes les questions qui m’ont été posées sans jamais être mis en difficulté, mon innocence est à nouveau bafouée par une décision qui ne rapporte pas la moindre preuve d’un quelconque financement illicite”, se défend Nicolas Sarkozy, enchaînant qu’il a produit durant ces 44 heures d’interrogatoire “des éléments essentiels au soutien de la démonstration complète” de sa probité.

Pour respect pour l’institution judiciaire et pour le secret de l’instruction, avance M. Sarkozy, il se garde de “produire (…) les 120 pages de son procès-verbal de mon audition qui auraient permis de montrer la réalité et la force des preuves ainsi apportées”, écrit-t-il.

“Les Français doivent savoir que je suis innocent de ce dont on m’accuse en apportant un crédit invraisemblable aux déclarations d’assassins, d’escrocs notoires et de faux témoins”, ajoute Nicolas Sarkozy convaincu que “l’injustice ne gagnera pas” car, ” la vérité finira par triompher”, conclut l’ancien président français.

Pour rappel, l’affaire du financement libyen présumé de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy a éclaté en 2012 et donné lieu à une enquête à tiroirs.

Geneviève MADINA