@Informateur.info- Le ministre ivoirien des Affaires étrangères, Marcel Amon-Tanoh, a refait surface, lundi, à Genève en Suisse pendant que les spéculations sur son désamour avec le chef de l’Etat, Alassane Ouattara font chemin aux bords de la lagune Ebrié.

Selon la page officielle Facebook du ministère, le ministre Marcel Amon-Tanoh a conduit, lundi, la délégation ivoirienne à l’ouverture de la 43ème Session du Conseil des Droits de l’Homme à Genève dans l’objectif de ‘’promouvoir la candidature de la Côte d’Ivoire auprès des Etats Membres pour l’obtention d’un siège au Conseil des Droits de l’Homme pour la période 2021-2020’’.

Depuis mi-janvier, Amon-Tanoh était sorti des radars de l’actualité ivoirienne, alimentant les rumeurs de toutes sortes qui annonçaient le ‘’divorce’’ entre le chef de l’Etat, Alassane Ouattara et son ex-directeur de cabinet depuis l’opposition jusqu’à la présidence de la République avant d’hériter du portefeuille des Affaires étrangères en 2017.

Entre les deux personnalités, c’est une longue histoire d’amitié qui date des années 90. Cependant la brouille entre Ouattara et l’un de ses ‘’fidèles’’ disciples a pris, depuis peu, des proportions que dans l’imagerie populaire, Amon-Tanoh serait dans le viseur du chef de l’Etat.

A l’origine, l’opposition supposée ou réelle du chef de la diplomatie ivoirienne à la candidature du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly souhaitée et entretenue par Alassane Ouattara pour le succéder à la magistrature suprême du pays.

L’absence du ministre Amon-Tanoh aux grandes rencontres diplomatiques comme le dernier Sommet de l’UA en Ethiopie a, fortement, contribué à enfler les rumeurs qui l’ont annoncé au Ghana voisin, d’où il mettrait la main à la pâte aux préparatifs de lancement d’un mouvement de soutien proche de lui, le 29 février prochain à Aboisso, sa ville natale, dans le Sud-est du pays.

La presse locale avait évoqué à plusieurs reprises son ‘’limogeage’’ du gouvernement ou sa ‘’désertion’’ de l’ancien Bloc ministériel qui abrite ses bureaux ministériels au Plateau. C’est dans ce conteste qu’apparaît Marcel Amon-Tanoh à Genève pour porter la voix officielle de la Côte d’Ivoire au 43ème Session du Conseil des Droits de l’Homme

Ce conseil, souligne-t-on, est composé de 47 États Membres élus directement au scrutin secret, à la majorité des membres de l’Assemblée générale des Nations Unies.

Geneviève MADINA