Photo d'Archives

@Informateur.info- C’est la terrible révélation faite, lundi 1er février 2021, par Bernard Emié, le patron de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), dans les colonnes du journal français Le Point.

Selon donc le renseignement extérieur français, “Al-Qaïda au Sahel développe actuellement un projet d’expansion vers le golfe de Guinée, en particulier la Côte d’Ivoire et le Bénin” a alerté Bernard Emié, dans des propos relayés par Le Point.

A en croire l’information donnée par le journal français c’est aux côtés de la ministre des Armées Florence Parly, que M. Emié a montré des images d’une réunion, tenue en février 2020, rassemblant dans le centre du Mali les plus hauts responsables locaux de la centrale djihadiste.

L’objet de cette réunion, explique le chef du renseignement français “était la préparation d’opérations de grande ampleur sur des bases militaires. C’est là que les chefs d’Al-Qaïda au Sahel ont conçu leur projet d’expansion vers les pays du golfe de Guinée. Ces pays sont désormais des cibles eux aussi et pour desserrer l’étau dans lequel ils sont pris et pour s’étendre vers le sud, les terroristes financent déjà des hommes qui se disséminent en Côte d’Ivoire ou au Bénin”, confie-t-il au confrère.

Selon le DGSE, étaient présents à la réunion de février 2020, Abdelmalek Droukdel, chef historique d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), Iyad Ag Ghaly, chef du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM, Jnim en arabe) et l’un de ses fidèles adjoints, Amadou Koufa, chef de la katiba (unité de combattants) Macina, précisant que “Iyad Ag Ghaly incarne la stratégie d’Al-Qaïda au Sahel. Ce n’est pas un homme qui pense le terrorisme, c’est un homme qui le pratique au quotidien. (…) Il n’hésite pas à prendre lui-même les armes”, a insisté Bernard Emié.

La menace terroriste est, donc, réelle en Côte d’Ivoire qui a déjà, essuyé à deux reprises les attaques des djihadistes. La première, le 13 mars 2016 à Grand-Bassam où des terroristes, lourdement avaient ciblé la plage ainsi que trois établissements hôteliers, causant la mort de 22 personnes dont 16 civils, 3 militaires et 3 terroristes et de nombreux blessés.

La seconde attaque terroriste a visé, le 11 juin 2020 à 3 h du matin, un poste mixe armée-gendarmerie, à Kafolo, dans le département de Ferkéssedougou, au nord ivoirien, faisant 12 militaires ivoiriens tués et 6 blessés.

Alfred SIRIMA