@Informateur.info- Débutée en mars dernier, la caravane «Roch merci et soutien aux FDS» initiée par un collectif de ressortissant du Burkina Faso résidant en Côte d’Ivoire a connu son apothéose ce lundi 22 avril 2019 à Koumassi.
A l’invitation de Désiré Yaméogo, président exécutif de cette caravane, plusieurs centaines de ressortissants du Burkina Faso et d’Ivoiriens ont pris d’assaut la place Inch Allah pour manifester leur soutien au Forces de défense et de sécurité (FDS) du Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme ainsi qu’à Roch Marc Christian Kaboré, président du pays des Hommes intègres.
En présence des chefs traditionnels de la communauté du Faso en Côte d’Ivoire, Désiré Yaméogo a insisté sur le caractère apolitique de son initiative. «Nous devons laisser un Burkina Faso dans la prospérité à nos enfants. Nous devons soutenir nos FDS. Tout n’est pas politique. Nous devons nous mettre ensemble», a-t-il souhaité.

A en croire Désiré Yaméogo, cette campagne qui a sillonné plusieurs villes de Côte d’Ivoire est un prélude à une autre action d’envergure. «La clôture de cette caravane, a-t-il dit, est le point de démarrage d’une philosophie que nous voulons lancer, Synergie Faso debout. Le Burkina Faso est notre identifiant».
Avant le président exécutif de cette caravane, ce sont les chefs traditionnels de la communauté burkinabè vivant en Côte d’Ivoire qui par la voix de Zerbo Souleymane ont marqué leur soutien à la paix dans leur pays.
«Les chefs ont soif de la paix et de la réconciliation. Nous sommes de cœur avec l’armée et à la disposition du président du Faso », ont-ils laissé entendre.
Présent à cette cérémonie dans le cadre de la mise en place d’un mouvement de jeunes panafricains, Assi Fulgence, Secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) a affiché son soutien au Burkina Faso dans la lutte contre le terrorisme.
«Nous avons compris quel devait être notre rôle. Le Burkina Faso n’est pas seul pays visé par le terrorisme», a-t-il déclaré.

Pour rappel, cette caravane a sillonné les villes de Bouaké, San Pedro, Gagnoa et Yamoussoukro.

Abraham KOUASSI

Articles connexes

Leave a comment