@Informateur.info- Dans un communiqué dont nous avons reçu copie, ce dimanche 10 novembre 2019, Dominique Gnissi, Secrétaire général de l’UNDD Côte d’Ivoire s’insurge contre certains points du discours tenu par le chef de fil de l’opposition politique lors de son meeting du 09 novembre dernier à Abidjan. Ci-dessous la déclaration.

Le Samedi 09 Novembre 2019 au Palais de la Culture de Treichville, le Président du CFOP Burkinabé, par ailleurs, Président de l’UPC a animé un meeting. Il a, dans son adresse, appelé le peuple Burkinabè à l’Union sacrée, à la réconciliation aux fins de venir à bout du terrorisme au Burkina Faso. Du reste, Diabré a  demandé aux Burkinabè de Côte d’Ivoire de mettre fin au règne sans profit pour le Faso de Rock Kaboré en votant contre le MPP avec la carte consulaire.

Le BEN de l’UNDD-CI après avoir analysé la forme et le fond du discours de Diabré y trouve des insuffisances. En ce qui concerne l’unité nationale, Diabré est mal placé pour en parler. Pour une question de personne, il refusa l’entrée de l’UFP et du Faso autrement au CFOP. Diabré qui est incapable de faire l’unité de l’opposition pour la rendre plus forte, peut-il parler d’unité nationale? Diabré se contredit lui-même ; qu’il balaie devant sa porte avant de demander le balayage de toute la cour familiale.

Le chef de fil de l’opposition demande aux Burkinabè vivant en Côte d’Ivoire de chasser le MPP du pouvoir par les urnes. Bravo Monsieur Diabré ! Nous voulons rappeler que le CFOP reçoit cent millions (100.000.000) par an, donc cinq cent millions (500.000.000) par mandat de 5  ans. Cette somme qui provient du contribuable Burkinabé, via l’Etat du Faso a pour objectif de soutenir les actions de toute l’opposition Burkinabé. Cette opposition est belle et bien représentée à  l’étranger.

Hélas, elle n’a jamais eu de soutien financier depuis la création du CFOP. Un électorat se crée et s’entretien. L’opposition dirigée par Diabré est pauvre, pas animée et ne jouit d’aucune cohésion politique, elle est forte pour les discours creux, mais c’est du tombeau blanchi. La votation par carte consulaire dont parle Diabré, est une lutte qui s’obtient aussi par des moyens financiers que l’opposition n’a pas en Côte d’Ivoire. En 2020, elle donnera   le résultat de notre constat à l’étranger.

Cette déclaration se veut interpellatrice. Elle veut rejoindre Diabré et ses acolytes  dans leur conscience aux fins de les aider à prendre l’électorat de la diaspora au sérieux. Cet électorat fera la différence.

Dr. Gnissi Dominique

SG UNDD-CI