@Informateur.info- En prélude à la marche silencieuse qu’elle initie les 3 et 4 juillet prochain, le Chef de file de l’opposition politique au Burkina Faso (CFOP-BF) a tenu au cours d’une conférence de presse, ce vendredi 2 juillet 2021, à donner les dernières consignes aux marcheurs et rassurer le pouvoir de ses bonnes intentions.

«Nous organisons une marche saine avec des objectifs sains et c’est ce que nous tenons à rappeler au peuple burkinabè et aux manifestants», a précisé d’emblée le président du comité national d’organisation, Boubacar Sannou. Répondant ainsi à ceux qui s’agitent depuis l’annonce de la marche et qui lui  prêtent d’autres intentions. «C’est pourquoi, nous avons même souhaité que le MPP, au lieu d’appeler au boycott de la marche s’associe plutôt aux organisateurs de cette marche, parce que c’est une marche interpellatrice. Si à l’issue de cette marche, nos Forces de défense et de sécurité prennent le dessus, il y a un recul du terrorisme et que les populations déplacées regagnent leur village, je pense que ce ne sera pas capitaliser au profit du CFOP, c’est plutôt le président Roch Kaboré qui va récolter les lauriers», a martelé le président du Comité d’organisation.

Pour ce dernier les objectifs de la marche visent à la fois à rendre hommage aux victimes des attaques terroristes et aux déplacés internes et à manifester un soutien aux Fds ainsi qu’aux Volontaires pour la défense de la patrie. «Il s’agit d’exiger davantage d’engagement de la part des autorités pour le retour de la paix et la sécurité au Burkina», a-t-il rappelé.

Quant à l’organisation pratique de cette marche, les organisateurs ont indiqué qu’ils ont obtenu les autorisations à manifester dans les 45 provinces du pays. Pour ce qui concerne la ville de Ouagadougou l’itinéraire part de la Place de la nation au Rond-point des Nations Unies en passant par la place des cinéastes, la Cathédrale, et la BCB. Le Cfop a prévu la remise d’une déclaration au Premier ministre pour le président du Faso.

Les organisateurs ont enfin appelé les manifestants à la discipline pour respecter le caractère silencieux de la marche des 3 et 4 juillet. Pour ceux qui en ont la possibilité, il a été recommandé d’avoir le drapeau burkinabè sur soi.

Alfred SIRIMA