Abidjan (Côte d’Ivoire)- La marche des jeunes de l’opposition ivoirienne a enregistré, mardi, quatre morts dont trois bébés, quinze blessés et treize arrestations à Abidjan ainsi que dans d’autres villes de l’intérieur.

Selon le point dressé par Franck Anderson Kouassi et César Etou, tous membres du Secrétariat national à communication du Front populaire ivoirien (FPI, tendance Abou Drahamane Sangaré), ces manifestations éclatées enregistrent quatre morts dont « trois bébés par inhalation » de Gaz au Centre social de Gagnoa.

Le quatrième mort a été enregistré à Guiglo dans l’extrême-ouest de la Côte d’Ivoire où des militants du Rassemblement des républicains (RDR, au pouvoir) se seraient pris aux manifestants.

S’agissant des blessés, MM. Kouassi et Etou en dénombrent quinze : dix à Bonoua (Sud d’Abidjan) jugés « graves », un à Gagnoa (Centre-Ouest) et quatre à Daloa (Centre-Ouest) dont un dans un état « grave ». Dans le district d’Abidjan, ils notent deux arrestations à Yopougon à l’ouest de la capitale économique ivoirienne.

L’opposition ivoirienne réunie au sein de la Coalition nationale pour le changement (CNC) avait appelé les Ivoiriens à manifester, mardi, pour dénoncer la gestion du pouvoir Alassane Ouattara.
La CNC réclame notamment, la reconstitution de la Commission électorale indépendante (CEI) qu’elle juge ‘’déséquilibrée’’ et proche du pouvoir.

SB-HS/ls/APA