@Informateur.info- C’est un ultimatum que les chefs de l’État de Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) ont lancé, mardi, à la junte militaire au pouvoir au Mali après le renversement du président Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK).

Réunis à Niamey au Niger pour le 57è sommet ordinaire de l’organisation sous-régionale, les dirigeants ouest-africains ont donné une semaine aux militaires pour désigner le président de la transition et un Premier ministre, tous des civils. Et ce, jusqu’au 15 septembre 2020.

Par ailleurs, la Cédéao a maintenu toutes les sanctions prises à l’encontre de la junte ainsi que le délai d’un an pour la durée de la transition pour un retour à l’ordre constitutionnel.

Le sommet qui a pris fin en début d’après-midi, a désigné le chef de l’État ghanéen, Nanan Akufo Addo, nouveau président de la Cédéao.

Geneviève MADINA