Outkine Dmitri, fondateur et patron de la SMP Wagner

@informateur.info- Malgré les récriminations contre la Société militaire privée Russe Wagner et les risques qu’un accord de défense pourrait entraîner, la junte militaire reste stoïque. Tenant toujours à nouer un accord aux conséquences prévisibles. Puisque la SMP Wagner n’est pas, comme nous l’avions déjà relevé dans nos précédentes éditions, exempte de reproche quant à ses méthodes.

Wagner, on le sait, n’est pas la fédération de Russie avec laquelle le Mali aurait eu un accord de défense que personne n’aurait trouvé à redire. Cette société militaire privée, fondée et dirigée par Outkine Dmitri, un ancien soldat russe dont on dit être passionné par l’histoire du 3ème Reich, est connue pour ses violations des droits humains. En Syrie, et tout près de nous en Centrafrique, des faits, rapports à l’appui leur sont reprochés.

Passer sous silence ces rapports critiques sur les méthodes de Wagner c’est courir le risque de s’étonner demain voir regretter un choix aux fâcheuses conséquences pour le pays de Mobibo Keita.

A(re)lire Conquête de l’Afrique : Le vrai visage de la Russie en Afrique

Sous la rébellion menée par le Mouvement national de libération de l’Azawad, le peuple malien a payé un lourd tribut. Le terrorisme qui a pris le relai avec la faillite de l’Etat libyen en a rajouté une couche intenable. Qu’en serait-il avec les mercenaires russes de Wagner qui vont peu de cas du respect des droits humains?

Le Mali n’est certes pas la Syrie, ni la Lybie, encore moins la Centrafrique, mais les affres d’une situation difficile se profilent notamment avec les tensions que cristalise une éventuelle arrivée de la SMP Wagner sur le sol malien.

Au demeurant, le Mali peut et doit se construire une armée forte. Cela implique, cependant, des accords de défense bilatéraux ou multilatéraux. Mais recourir à une société militaire privée, qu’elle soit russe ou d’un autre pays, n’augure pas une stabilité durable pour nos États en construction.

Alfred SIRIMA