@Informateur.info- Après avoir refusé la main tendue de son prédécesseur Blaise Compaoré et la nomination des militaires aux postes de la défense et de la sécurité intérieure, le Président du Burkina Faso, Marc Roch Christian Kaboré a entamé, dans la discrétion, des négociations avec les djihadistes qui sèment la désolation au pays des Hommes intègres.

A en croire le très introduit bimensuel panafricain basé à Paris, La Lettre du Continent, qui a donné l’information dans sa livraison No 812 du 20 novembre 2019, méfiant envers les sécurocrates de son régime, Roch Kaboré ‘’préfère garder la haute main sur les dossiers militaires, qu’il gère tout seul’’. Ainsi, dévoile le confrère, ‘’aucun haut gradé n’a été associé aux contacts qu’il a tenté d’initier, au printemps dernier, avec des émissaires proches de la nébuleuse djihadiste active dans le nord du pays’’.

Face à l’activisme débordant des Djihadistes qui ont, déjà, causé près de 650 morts et 480 000 déplacés internes dans le pays, l’on peut, raisonnement, se demander pourquoi le président du Faso a attendu, si longtemps, pour engager les négociations après tant de carnages?

Pourtant, dans un passé récent, l’ex-président Blaise Compaoré, en exil à Abidjan, avait proposé ses services à son successeur pour apporter sa contribution en vue de juguler cette menace djihadiste. Ce que le locataire actuel du Palais de Kossyam a décliné.

Geneviève MADINA