@Informateur.info- Après avoir fait des dons de matériels de prévention contre le Covid-19 au Burkina Faso, au cours d’une première tranche, la Chine envisage un soutien en équipements de protection, des kits de réactifs pour tester les cas et des médicaments. C’est l’assurance qu’a donnée, mercredi à Ouagadougou, Wang Bowei, le porte-parole de l’Ambassade de Chine au Burkina Faso, dans une conférence de presse.
 
Selon la presse locale qui s’est fait l’écho de la sortie médiatique du diplomate chinois, son pays  a fourni au Burkina ‘’2000 masques pour protéger le personnel de l’aéroport en début du mois de mars’’.
 
Pour la seconde tranche, ce sont ‘’1000 masques médicaux standard de protection N95, 500 combinaisons de protection médicale, 500 lunettes de protection, 500 paires de gants et de couvre-pieds et 300 thermomètres infrarouge’’ que la Chine entend mettre à la disposition du Burkina, rapporte la presse citant Wang Bowei.
 
Outre ces différents dons en équipements, la Chine  va accompagner le Burkina dans ‘’la rénovation des salles d’isolement du Centre hospitalier et universitaire (CHU) Yalgado Ouédraogo afin de renforcer la capacité d’accueil, d’hospitalisation et de traitement des patients atteints du Covid-19 ‘’, a révélé le porte-parole de l’Ambassade de Chine.
 
Pour le diplomate chinois, l’épidémie de Covid-19 est un ennemi commun de l’humanité et ‘’nous devons absolument relever ce défi ensemble’’, assurant que ‘’le Burkina Faso n’est pas seul face à cette crise mondiale’’.
 
‘’Nous réaffirmons à tous nos amis burkinabè notre amitié sincère et notre soutien fiable et constant’’, a-t-il indiqué avant d’ajouter que son pays ‘’va aider tous ses amis africains à lutter contre le Covid-19’’. 
 
Wang Bowei a conclu que l’Ambassade de Chine entend mobiliser ‘’des villes jumelles chinoises à apporter leur soutien et leur expertise dans la mesure de leurs capacités’’.
 
Le Burkina Faso a enregistré, mercredi, son premier cas de décès lié au coronavirus. Le pays compte, à ce jour, 27 cas confirmés et 148 personnes sous contrôle.
 
Alfred SIRIMA