Le 30 avril 2014, Alexandre Lebel Ilboudo procédait à la dédicace de son second livre intitulé « Blaise Compaoré à la croisée des chemins» précédé de «Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir» à la maison de la presse d’Abidjan. Informateur.info revient sur le décryptage de l’ouvrage fait par Foua Ernest de Saint Sauveur. Extrait.
Ce livre que voici porte un titre, je dirais même un double titre qui interpelle d’emblée et retient l’attention. «Blaise Compaoré à la croisée des chemins» précédé de «Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir ». Il est de l’auteur Alexandre Lebel Ilboudo, lequel n’est pas à sa première publication puisqu’il a déjà signé «Insurrection», un recueil de nouvelles aux Editions Sésame en 2012. «Blaise Compaoré à la croisée des chemins» précédé de «Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir», comporte cent pages. Il a été édité par LEBELEDITIONS, une structure éditoriale qui a surement beaucoup à voir avec l’auteur.
En commençant notre analyse de l’œuvre par la couverture, on voit que celle-ci fait l’objet d’un soin attentionné de la part de l’auteur et de l’éditeur. On note une légère disproportion au niveau des images qui sous-tendent les deux sujets abordés. La couverture est scindée en deux, la première partie présente en portrait le président du Faso, Blaise Compaoré. Surement du temps où, selon l’expression de la presse française, on l’appelait encore le beau Blaise. Aujourd’hui, l’intéressé n’est plus beau pour tout le monde. Singulièrement pour ceux qui, au pays des hommes intègres, le suspectent de vouloir tripatouiller la constitution pour s’offrir un énième mandat.
La seconde tranche de la couverture, consacrée au thème 2, nous montre une photo en paysage où le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, au premier plan avec une assistance de corbeau (une assistance de corbeau parce que les personnalités sont toutes habillées en sombre) tient une pioche. Là, on peut le dire sur cette image, plus que d’être à l’épreuve du pouvoir, Alassane Ouattara est à l’épreuve de la construction.
Si l’on veut soumettre cette première de couverture à un jeu de signification, et l’auteur pourra le confirmer ou infirmer, c’est que lorsqu’Alexandre Lebel Ilboudo a eu l’idée d’écrire ce livre, il ne croyait se consacrer qu’à Blaise Compaoré. Et que c’est par la suite que lui est venue l’idée d’étendre sa réflexion au sujet Ouattara. En tout cas sur les deux photos de couverture le président du Faso est bien identifiable alors que sur la seconde image on ne fait que deviner le président ivoirien. L’un est passif et scrute d’un regard franc et un peu soucieux, on ne sait quel objectif. L’autre est debout, il est vu en pied, le geste démonstratif du bâtisseur avec cette pioche qu’il tient des deux mains.
Tout ceci est un choix inconscient d’images, des détails sans grande signification sous-jacente, relevant du hasard, diront certains. Oui peut-être. Sauf que là, on est en communication et en communication comme dans bien d’autres choses, les détails parlent souvent plus éloquemment qu’on le pense. En tout cas, l’auteur devra nous dire sa version personnelle.
Le livre comporte deux parties, je l’ai déjà dit, et chacune des parties est subdivisée en chapitres. En mettant en rapport les images de la couverture, nous supposions que l’auteur ait d’abord voulu écrire sur Blaise Compaoré avant qu’il n’associe le sujet Alassane Ouattara. Mais cette idée tombe d’elle-même quand on ouvre le livre et on constate que l’auteur commence par Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir. Pourtant sur la couverture, ce n’est pas Alassane Ouattara qui est mis en avant sur la première image mais Blaise Compaoré.
Cela surprend beaucoup. Je suis tenté de dire, pour paraphraser un personnage de la « Victoire en chantant » le film du cinéaste français Jean Jacques Adoux (…). Oui, il y a lieu de s’interroge parce que la couverture nous donne à voir Blaise Compaoré à la croisée des chemins. Il est bien vrai qu’il est écrit en rouge «Précédé de» Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir. Il est donc normal que l’auteur commence par Alassane Ouattara, car le groupe verbal «précédé de», induit l’idée de ce qui vient avant. Sauf qu’Alexandre Lebel Ilboudo aurait pu nous proposer «Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir » suivi de «Blaise Compaoré à la croisée des chemins». Mais, il ne l’a pas fait. Il a surement ses raisons.
«Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir»
La 1ère partie du livre d’Alexandre Lebel Ilboudo, journaliste à Le Patriote intitulé «Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir» comporte quatre chapitres. L’aboutissement, Donnez-moi cinq ans, des militants déboussolés, les victimes et la réconciliation.
Ces quatre chapitres permettent à l’auteur en ayant recours à des citations et des propos d’hommes politiques et des sympathisants du rassemblement des républicains (RDR), le parti d’Alassane Ouattara, de montrer comment après 17 années passées dans l’opposition l’ancien directeur général du FMI accède enfin le samedi 21 mai 2011 à la magistrature suprême de son pays, la Côte d’Ivoire. Il se voit presqu’aussitôt qu’il s’est assis sur le fauteuil présidentiel confronté à des attentes énormes non pas des populations ivoiriennes dans leur ensemble, qui sortent de plus d’une décennie de crise notamment une crise post-électorale traumatisante, mais des attentes des militants du RDR.
Oui des militants du RDR qui pour l’amour qu’ils portent à leur champion Alassane, ont vécu des années douloureuses, des années de larmes et de sang, et s’attendaient à être dédommagés de leurs peines morales, psychiques et physiques à l’heure où leur fatigue s’achevait enfin. Au lieu de cela, ils reçoivent le silence et le mépris de leurs dirigeants. Ceux qui sont, je cite : « autour d’Alassane». Ce dirigeant qu’ils ont porté au pouvoir et je cite encore l’auteur qui lui-même cite des militants désabusés : « Ils ont tous changé leurs numéros de portables. Ils ne décrochent plus le téléphone. Ils sont tous devenus arrogants». Des militants parmi lesquels des mutilés et des victimes de guerre qui n’en ont cure que le président construisent des routes des ponts, des écoles et des universités. Livre LebelEux, ils veulent être dédommagés. Ils veulent être indemnisés de leurs souffrances. Et je cite l’auteur à la page 41 : «La Côte d’Ivoire a désormais un président pour qui les priorités de l’Etat passe avant toute chose»
Extrait de la présentation de l’ouvrage «Blaise Compaoré à la Croisée des chemins», précédé de «Alassane Ouattara à l’épreuve du pouvoir»
Par Foua Ernest de Saint Sauveur
Livres disponibles
Côte d’Ivoire
Librairie de France
Librairie Aleph
Burkina Faso
Hôtel Indépendance
Mercurie